Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Détresse psychique

Article paru dans le journal nº 85 Acheter ce numéro
  • Un véritable trouble dépressif s’installe chez une grande partie de la population.Un véritable trouble dépressif s’installe chez une grande partie de la population.

Le directeur général de la Santé, qui, depuis un an, nous fait le décompte du nombre de morts lié à au Covid-19, nous annonce à présent que le nombre de personnes souffrant de détresse psychique avait doublé depuis deux mois.

La peur ­distillée au compte-gouttes, une peur provoquée par les images de patients en soins intensifs, la peur de perdre un proche, de perdre son emploi, de perdre sa liberté, de ne plus pouvoir rencontrer les amis et les gens qu’on aime ! Voilà autant de causes d’un stress qui, s’il n’est pas compensé par une vision spirituelle de l’existence, conduit à de la détresse morale, puis à la dépression.

Chacun sait que l’automne s’accompagne d’une déprime saisonnière ; elle est banale et fréquente. Mais là, plus grave, c’est un véritable trouble dépressif qui s’installe chez une grande partie de la population. Elle est caractérisée par quatre signes :

  1. Perturbation du sommeil, irritabilité avec toutes les conséquences que cela occasionne sur les proches.
  2. Manque de motivation.
  3. Rumination anxieuse.
  4. Tristesse et manque d’énergie.

Traitement

  • La méditation. C’est un exercice qui consiste à se concentrer sur sa respiration, à vider notre cerveau des pensées qui l’encombrent (pour cela se contenter de les laisser défiler sans en arrêter aucune, sans se concentrer sur aucune), puis essayer de trouver un objectif, une idée, voir intérieurement un visage aimé, un paysage que l’on aime, une situation vécue où l’on s’est senti heureux. L’essentiel est de créer comme un baume d’amour intérieur.
  • L’exercice physique. Efforcez-vous à faire des mouvements et des étirements si possible selon les conseils d’un kiné ou d’un ostéopathe. Le yoga peut être utile à ce stade.
  • Renforcer l’énergie nerveuse et les glandes endocrines. Pour cela, on peut choisir des aliments riches en phospholipides (poissons gras, oeufs) dans les compléments alimentaires très utiles par exemple : des oméga-3 ­phospholipides purs. Si malgré tout cela la détresse persiste, n’hésitez pas à consulter (par téléphone) un psychologue qui aidera à résoudre la situation. On peut aussi avoir recours à un sophrologue qui, à distance peut aussi aider.
  • La phytothérapie. Diverses plantes sont réputées actives contre la détresse : le ­Griffonia titré à 100 mg de 5htp. Une gélule matin et soir pourra aider en renforçant l’action de la glande pinéale. Cette glande contrôle le moral et le sommeil.
  • Les tisanes de plusieurs plantes peuvent aussi avoir leur intérêt comme la mélisse, le tilleul, l’aubépine, la lavande comme plantes apaisantes. La sauge comme tonifiante, la marjolaine et la verveine citronnée pour l’action stimulante digestive.
  • Les huiles essentielles de lavande, de zeste d’orange peuvent être utilisées en brumisation dans l’atmosphère. On peut aussi en mettre une goutte sur deux points d’acupuncture : l’un à mi-distance entre le nombril et la pointe du sternum, l’autre au pli du poignet du bras droit. Les massages de ces points avec quelques gouttes d’huile parfumée au bois de ho peuvent être pratiqués.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous