Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Phycocyanine, le point sur les promesses

Article paru dans le journal nº 85 Acheter ce numéro
  • Les cyanobactéries comptent parmi les plus anciennes formes de vie sur terre.Les cyanobactéries comptent parmi les plus anciennes formes de vie sur terre.

Bombe nutritionnelle, encore plus antioxydante que l’algue bleue qui la renferme, la phycocyanine, molécule de la spiruline, fascine au point que les fabricants se multiplient pour proposer leur meilleur extrait sous forme de complément alimentaire. Mais tous ses bénéfices sur la santé n’ont pas encore été prouvés.

On connaît la composition nutritive hors du commun de la spiruline, on n’ignore plus les vertus de l’une de ses protéines, la phycocyanine. Impliquée dans la ­photosynthèse de la plante, qui se développe en surface des eaux douces dans les régions tropicales, la phycocyanine capte la lumière qu’elle convertit en énergie. C’est elle qui donne à l’algue sa couleur bleue. Le pigment, propre à cette cyanobactérie et essentiel à sa croissance, entre dans la famille des phycobilines dont la structure est proche des bilines humaines. Aussi appelés pigments biliaires, ces derniers sont produits par la dégradation de l’hémoglobine des globules rouges. Une similarité biologique qui rend la phycocyanine assimilable par le sang avec de puissants bienfaits sur le plan cellulaire.

EPO naturelle

Les cyanobactéries comptent parmi les plus anciennes formes de vie sur terre. Le genre Arthrospira, plus connu sous le nom de spiruline, tient son nom de ses filaments spiralés. Elle est recherchée pour son effet coup de fouet, car la phycocyanine stimule la libération de l’hormone érythropoïétine, la fameuse EPO. Facteur de croissance des globules rouges, l’EPO améliore la capacité du sang à transporter l’oxygène et favorise la performance musculaire, mais sa version synthétique est à l’origine de plusieurs scandales de dopage dans le cyclisme et l’athlétisme. De nombreux sportifs utilisent la phycocyanine comme complément alimentaire et sans danger comme David Smétanine, champion paralympique de natation et membre de l’Agence française de lutte contre le dopage.

Propriétés avérées

Antioxydante d’exception, la phycocyanine aide le corps à lutter contre les radicaux libres et les effets du vieillissement cellulaire. En outre, elle protégerait des lésions induites par le stress oxydatif et pourrait jouer un rôle dans la protection contre le développement des pathologies neuro­dégénératives. Anti-inflammatoire et immunostimulante, elle soutient le travail des globules rouges et des lymphocytes, fluidifie le sang par son action contre l’agrégation des plaquettes et renforce les défenses naturelles. Détoxifiante, son action chélatrice nettoie les métaux lourds dans le foie et les reins et son rôle hépatoprotecteur favorisent la synthèse des sels biliaires en améliorant la digestion des lipides. Ses propriétés soulagent les symptômes des personnes souffrant d’arthrose, de fibromyalgie ou d’asthme et son rôle a été démontré en prévention du syndrome métabolique (diabète de type 2), grâce à la première étude réalisée sur l’homme par une entreprise française. La phycocyanine contribuerait aussi à la régénération de la flore intestinale. Elle aide à combattre la fatigue et favorise la concentration.

Lire aussi Produire sa spiruline soi-même avec une « phytotière »

Ses qualités antioxydantes sur la santé cellulaire attirent la curiosité des laboratoires qui cherchent à mettre en évidence son rôle anticancéreux. Une étude du Journal of Cancer en 2017(1) révèle ainsi que la phycocyanine freine la progression de la maladie en inhibant la croissance des cellules cancéreuses et en soutenant ­l’autophagie, ce mécanisme naturel par lequel l’organisme recycle ses déchets cellulaires. Sa fonction chélatrice permettrait de mieux éliminer les toxines associées aux traitements médicamenteux. Combinée à la chimiothérapie et à la radiothérapie, la phycocyanine en minimiserait les effets secondaires tout en renforçant le traitement. Une étude de 2018(2) montre aussi comment la phycocyanine favorise l’apoptose, l’élimination des cellules malades dans le cas d’un cancer du sein. Des recherches dont les résultats n’ont pas vérifié sur l’être humain. Une étude du CHU de Nantes vise à analyser l’activité de la phycocyanine comme support de soin en oncologie avec des résultats pour 2023.

Biodisponibilité

La phycocyanine doit être absorbée sous sa forme pure pour livrer ses actifs. Selon Olivier Lépine, directeur du laboratoire ­AlgoSource, « la phycocyanine est ­dénaturée par le processus digestif. Sa transformation joue un rôle clef dans la préservation des propriétés fonctionnelles. Son assimilation nécessite que le processus digestif casse les parois de la spiruline afin d’exposer la phycocyanine au pH acide de l’estomac. » Voilà pourquoi l’extraction de la phycocyanine confère au pigment bleu des vertus supérieures à celle de l’algue entière. On recommande 10 à 20 mg par jour sous forme liquide. On privilégiera une extraction à l’eau et sans séchage afin de garantir la forme native de la phyco­cyanine. Elle se consomme sous forme d’ampoule ou de bouteille à boire (un bouchon minimum par jour) en cas de pic de stress, de fatigue ou en prévention des douleurs chroniques.

Références :

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique cancer phycocyanine

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous