Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Complément alimentaire :
des règles floues

Article paru dans le journal nº 83 Acheter ce numéro
  • Une récolte ­mécanique pénalise la quantité de molécules actives et leur qualité.Une récolte ­mécanique pénalise la quantité de molécules actives et leur qualité.

Le chiffre est éloquent : 350 200 milliards de dollars. C’est le poids du marché mondial du complément alimentaire (dont 1,9 milliard d’euros en France), où foisonnent toutes sortes de formulations et de laboratoires proposant une offre vaste, florissante de promesses. Pourtant, dans ce domaine, a priori sans risque selon sa définition, bien choisir demande tantôt du discernement, tantôt de l’expertise…Mais également de connaitre et d'avoir conscience de leurs modes de productions.

Nombreux sont les laboratoires producteurs de compléments alimentaires. Cette profusion peut apporter l’embarras du choix. Certains se tourneront vers des marques renommées là où d’autres choisiront la proximité. Les gros laboratoires seront tantôt perçus comme un gage de confiance, tantôt comme une industrie qui, dans ce contexte, est dépréciatif. Les petits producteurs, ne proposant qu’une gamme réduite et ciblée, auront, eux aussi, leur valeur auprès d’un certain public alors qu’ils manqueront de crédibilité pour d’autres. Les critères de choix varient autant que les besoins des consommateurs diffèrent. Et il n’y a pas de règles quant à l’identification de bons ou de mauvais producteurs. Les gros ne sont ni meilleurs ni moins bons que les petits, c’est du cas par cas. À l’épreuve des hypothèses biologiques ou au regard des méthodes de culture, récolte, production, extraction… être un « gros labo » n’est pas toujours un critère de confiance.

Que contient un complément alimentaire ?

On peut y trouver vitamines, minéraux, extraits de plantes, aliments divers, acides aminés, huiles essentielles, enzymes… de manière unitaire ou en complexe. Les compléments prennent diverses formes, nécessitant tantôt des solvants (eau, glycérine, alcool), tantôt des agents de charge, de texture, des colorants, ou une enveloppe pour les contenir (gélule, capsule).

Élaboration des produits

Récoltes manuelles contre mécaniques, procédés d’extraction qui n’ont rien de naturel ou qui n’extraient que peu de molécules, oubli de la notion de totum en phytothérapie, là aussi, tous les ­compléments ne se valent pas. Une récolte ­mécanique pénalisera la quantité de molécules actives et leur qualité (stade de maturité non perçu par la machine), tout comme des procédés ­d’extraction rapide, de stockage performant. Il sera alors préférable de choisir un laboratoire qui ­favorise les récoltes manuelles et une extraction lente, sans solvant chimique, ainsi qu’un conditionnement en verre ambré quand c’est possible.

Formes galéniques

Les poudres de plantes ont l’avantage de proposer leur totum, 
là où les extraits présentent l’intérêt d’être plus concentrés ...

Image description

Il vous reste encore 70% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 83, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous