Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Acné de la femme adulte : comprendre les causes pour traiter le problème de fond

Article 100% numérique
  • Cherchez les causes de votre acné !Cherchez les causes de votre acné !

Quand l’acné persiste ou pointe le bout de son nez après l’âge de 25 ans, cela peut fortement impacter le moral. S’engage alors une longue et onéreuse quête du produit ou de la méthode parfaite pour s’en débarrasser. Emanuelle Haudegond, spécialiste de la peau cumulant trente années d’expérience clinique et créatrice d’un site de référence sur l’acné de la femme adulte nous confie ses solutions simples et naturelles.

Premier réflexe à avoir en cas d’apparition d’une acné qui ne semble pas liée à une grossesse, à une allergie, à un eczéma ou à la prise d’un médicament hormonal (comme la pilule) : chercher les causes profondes pour les traiter. En effet, rien ne sert d’acheter mille et une « crèmes miracles » ou de maltraiter votre peau avec des traitements quand vous pouvez prendre le temps d’établir une stratégie efficace et durable sans médicaments ni produits agressifs.

Ancienne acnéique elle-même, Emanuelle Haudegond, qui prodigue ses conseils sur le site francophone devenu une référence Beauté-pure.com, a traversé toutes ces étapes et fait face à ce désarroi : « De formation médicale, j’ai longtemps travaillé en Californie comme assistante en dermatologie ou en chirurgie esthétique, et au bout d’un certain nombre d’années j’ai senti qu’il y avait de nombreuses autres solutions que celles proposées par le milieu médical classique (phytothérapie, médecine chinoise, etc.). Aujourd’hui, je m’inspire un peu des deux. »

Foie, digestion, glycémie : les trois causes les plus fréquentes

Souvent, explique Emanuelle, ce sont des troubles digestifs qui sont à l’origine d’une acné chez la femme adulte. Transit lent ou carences liées à des problèmes d’absorption… Ces troubles entraînent eux-mêmes des déséquilibres hormonaux qui obligent la peau à éliminer avec une acné passagère. Si le problème devient chronique, l’acné s’installe. Ces dysfonctionnements digestifs peuvent être dus à une mauvaise hygiène de vie ou à une exposition à des toxiques comme les perturbateurs endocriniens présents dans de nombreux cosmétiques,produits ménagers ou encore dans l’alimentation.

Le foie, également lié à la fonction digestive, peut aussi être en cause. D’ailleurs, durant ses trente années d’expérience, Emanuelle Haudegond a remarqué que la plupart des gens qui ont de l’acné ont un foie fatigué ou qui a du mal à faire son travail. En effet, il permet majoritairement de transformer et de filtrer nos hormones. En médecine chinoise, le foie est également le siège des émotions,  et trop de colère ou de frustrations peuvent l’affecter. Un constat fait également par cette spécialiste qui a remarqué que les femmes adultes qui développent de l’acné sont souvent des « Wonder Woman très exigeantes avec elles-mêmes et qui se donnent beaucoup ».

La glycémie est également en cause dans l’acné de la femme adulte. Par effet de cascade, de grandes variations de glycémie engendrent une sursécrétion d’insuline, ce qui stimule les glandes sébacées et favorise l’acné. La première chose à faire si votre acné provient d’un trouble de la glycémie sera donc de stabiliser cette dernière. Certaines femmes atteintes de SOPK (syndrome des ovaires polykystiques LIEN) peuvent rencontrer ce problème puisque cette pathologie est notamment liée à leur glycémie.

Lire aussi Acné : prenez le temps de la traiter naturellement

Le stress, un ennemi sous-estimé

Largement sous-estimé quant à ses effets puissamment délétères, un stress trop récurrent et soutenu peut également générer une acné durable. Il entraîne une sécrétion d’hormones comme l’adrénaline ou le cortisol qui génère des troubles dus à une sorte d’« embouteillage » hormonal. Les hormones du stress étant liées au réflexe de survie (elles chamboulent le corps pour le préparer à fuir), leur sécrétion a pour effet une « mise sous cloche » des autres hormones. Sur les grandes autoroutes que forment les vaisseaux et les tissus de notre corps, les hormones du stress sont comme l’ambulance qui détient la priorité, elles obligent les autres à se mettre à l’arrêt ou à passer après elles. Ainsi, le stress répété et prolongé engendre des troubles hormonaux qui ont une incidence sur tout notre organisme.

Chez la femme adulte, le stress peut donc être la cause principale de l’apparition d’une acné. Comme nous le confie la spécialiste : « Le cortisol a des effets très négatifs sur la digestion, les hormones qui stabilisent la glycémie ou celles liées au cycle menstruel. C’est pourquoi, chez la femme, c’est l’hormone la plus capable d’entraîner une réaction en chaîne qui va mener à l’acné. Souvent, les femmes ne sont pas conscientes de ce rôle majeur du stress. C’est pourtant une problématique que je rencontre chez chacune des femmes que j’accompagne. Dans 50 % des cas c’est même la cause principale de l’acné. »

Pourquoi il ne faut pas s’occuper des hormones en premier

Toutefois, ce n’est pas parce que l’acné de la femme adulte semble très liée aux hormones qu’il faut forcément s’intéresser à celles-ci en premier, alerte Emanuelle Haudegond. Les troubles hormonaux découlent eux-mêmes de causes plus profondes, souvent inflammatoires. Généralement, rééquilibrer son mode de vie avec une alimentation saine, un peu d’activité physique et moins de stress permet de faire disparaître l’acné sans avoir à passer par de longs et coûteux bilans hormonaux. Ensuite, explique-t-elle, un bilan sanguin hormonal ne donne pas forcément des informations sûres, dans le sens où le fonctionnement de nos hormones fait qu’elles sont difficiles à « saisir » et à évaluer. Vous pouvez par exemple avoir un taux sanguin normal, le problème se trouvant en réalité sur des récepteurs endommagés devenus hypo- ou hyper- réceptifs.

Le plus souvent, le problème ne vient pas des taux d’hormones, mais de la capacité de ces dernières à faire leur travail. Un dosage sanguin peut alors faussement vous faire croire que tout va bien. De même, certaines hormones comme le cortisol varient au cours de la journée, ce qui peut fausser les résultats obtenus. Ainsi, modifier son mode de vie puis attendre trois mois sera un meilleur premier réflexe en cas d’acné.


À savoir : Plutôt qu’un bilan sanguin, certains praticiens (notamment aux États-Unis) proposent un questionnaire de « ressenti hormonal ». Intrigant de prime abord, cet outil est pourtant très apprécié des thérapeutes comme Emanuelle Haudegond qui le trouve parfois plus utile qu’un bilan hormonal classique car il permet d’appréhender certaines subtilités indétectables avec des tests purement biologiques.


Pour compléter ce premier article sur les déséquilibres de fond à l’origine de beaucoup d’acnés chez la femme, nous publierons prochainement deux autres articles : « Cinq astuces naturelles essentielles pour s’en sortir » et « Six solutions cosmétiques naturelles pour limiter les dégâts ».

Lire aussi Acné : les alternatives naturelles au Roaccutane

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique Stress Foie acné Anti-acnéiques phytothérapie

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous