Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Solutions naturelles pour soutenir le pancréas

Article paru dans le journal nº 38 Acheter ce numéro
  • le rôle de la mastication dans le bien-être pancréatiquele rôle de la mastication dans le bien-être pancréatique

Sans surprise, mieux vaut entretenir par une hygiène alimentaire et émotionnelle l’état de cet organe complexe pour espérer le voir fonctionner correctement encore dans vingt ans. Si toutefois le pancréas donne déjà des signes de fatigue, des remèdes naturels peuvent être d’un grand secours, aussi bien chez les merveilleuses créatures du règne végétal que du côté de la nutrithérapie.

Prendre conscience de ce que vous faites lors de la prise d’un repas permet de comprendre ce que seraient de salutaires habitudes :

Mastiquez en premier lieu. Laissez le temps à la ptyaline d’entamer la digestion des sucres lents pour éviter la surcharge de travail pancréatique. Ne vous y trompez pas, la tartine du matin trempée dans le bol chaud n’est pas prédigérée, elle est ramollie, nuance. Ce n’est pas la consistance qui est importante, c’est la durée de séjour buccal. Prenez le temps de vous alimenter le matin. Le monde humain vous presse, pas la vie !

Inhibition enzymatique. Si vous avez une tendance aux fermentations intestinales après avoir ingéré un petit-déjeuner contenant un sucre rapide et un sucre lent, essayez donc de les dissocier.

N’avalez pas n’importe quoi !

Ô raffinage ! Ô désespoir ! Ô dénaturation ­ennemie ! N’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ? En dessous du demi-complet, ne consommez pas de céréales raffinées. Vous avez, sur les paquets de farine, le type, par exemple T90. Ce classement vous donne une idée de la richesse en minéraux de votre farine. Plus le type est bas, plus le raffinage a été sévère, moins votre farine contient de sels minéraux, de vitamines du groupe B, et plus l’index glycémique est élevé, entraînant un pic de sécrétion insulinique. Ce qui est appelé « tradition » correspond à un T65, déjà bien trop pauvre nutritionnellement, et acidifiant de surcroît. C’est ce que les naturopathes nomment des « calories vides ». Vous avez de plus dans l’enveloppe des céréales un composé appelé FTG, pour Facteur de Tolérance au Glucose. Sa présence permet de faciliter l’action de l’insuline, soulageant l’effort pancréatique. Quoi que vous décidiez pour le type de farine, ne laissez pas les amidons dépasser 20 % de vos repas en volume.

Nos ennemis pour la vie, les produits laitiers, n’en sont pas à leur premier mauvais coup. Ils tiennent ici une place à part. Vous savez que l’index glycémique est important à prendre en compte, mais il existe un autre aspect, appelé index insulinique, reflet de l’intensité de la réponse ...

Image description

Il vous reste encore 50% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 38, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous