Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Ostéoporose :
du calcium, mais pas n'importe où !

Article paru dans le journal nº 13 Acheter ce numéro
  • Ostéoporose :  du calcium, mais pas n'importe où !
  • Avatar de Suzanne Cougard Mme Suzanne C. Référent thématique
  • Avatar de Bruno Pelletier M. Bruno P. Référent thématique
  • Avatar de Line RABRET Mme Line R. Référent thématique
Connectez-vous pour devenir référent « Ostéoporose »

et répondez aux membres du site

Il y a sûrement quelqu’un dans votre entourage qui souffre de fragilité osseuse ou d'ostéoporose. C’est un mal très répandu et, même si beaucoup de gens sont attentifs à ne pas souffrir de carence en calcium - les uns en se gavant de lait, d'autres en consommant des compléments - cela ne marche pas si bien, les problèmes subsistent et d'autres, en revanche, apparaissent...

Le calcium a la faculté de se déposer un peu n'importe où, comme un dépôt de tartre, s'accumulant dans les trous et s'accrochant aux aspérités. Il paraît que les médecins qui font des autopsies sur les personnes âgées, constatent que certains tissus ont complètement perdu leur souplesse et qu’ils peuvent parfois être durs comme de la pierre. Cela semble normal finalement puisque de nombreuses maladies liées à l’âge, peuvent être attribuées à la calcification des tissus.

On pense immédiatement aux vaisseaux, qui se durcissent en vieillissant, mais il s’agit également de calcification lorsqu’on parle de calculs rénaux, d’arthrite, de cataracte, de sénilité et même de peau ridée. Le calcium, il faut donc s'en méfier, mais dans le même temps l’homme perd en moyenne 20% de son capital osseux entre 20 et 60 ans et la femme 40% (le moment de la ménopause accélère brutalement la perte). Et pour ralentir la dégradation il faut donc apporter quotidiennement du calcium au corps. Difficile équation à résoudre

C'est au Japon qu'on a trouvé la solution

Au petit déjeuner, les Japonais consomment traditionnellement du natto : une pâte de soja fermentée que l'on consomme au petit-déjeuner. On l'obtient après avoir enveloppé des haricots de soja bouillis dans des feuilles de riz. Les chercheurs japonais avaient constaté que dans certaines régions du Japon où le natto est consommé plusieurs fois par semaines, les populations sont beaucoup moins touchées par les fractures osseuses, l’ostéoporose et les maladies cardiaques. Les femmes de l’est du Japon, où la consommation de natto est traditionnelle depuis des siècles, sont d’ailleurs réputées pour leur forte ossature.

Comme souvent, le secret du natto tenait dans sa fermentation. Une fermentation qui développait dans la pâte une vitamine également produite par l'organisme humain, la vitamine K2. La K2 est naturellement produite par la flore intestinale dans le côlon, lorsqu'elle est saine et abondane. Son nom vient de l'Allemand Koagulation car elle agit sur la calcification des tissus mous, leur coagulation.

Un nutriment qui joue un double rôle

C’est au Japon que les études les plus poussées sur la vitamine K2 ont été faites. C'est là qu'on a découvert que la vitamine K2, ou ménaquinone, favorise la calcification des os en stimulant l'activité de l'ostéocalcine, une protéine qui retient le calcium des aliments et le place dans la structure osseuse (d'où son nom), ce qui rend les os plus forts.

Mais la vitamine est plus complexe car on s'est aperçu qu'elle permet aussi l’activation d’une protéine, la MGP (Matrix GLA Protéine), qui évacue l’excès de calcium et conduit à la diminution des dépôts. C’est une recherche de l’Université de Rotterdam qui a démontré qu’un régime riche en vitamine K2 conduit à la diminution des dépôts de calcium dans les tissus mous (dont les vaisseaux), et cela en quelques semaines. Les patients qui se suppléaient en vitamine K2 ont vu leur risque de décès par maladie coronarienne, baisser de 50%.

Il apparaît donc que la vitamine K2 agit comme un régulateur du calcium dans les tissus, favorisant d'un côté la fixation du calcium dans la matrice même des os, et nettoyant de l'autre tous les dépôts inutiles.

Les japonaises sont-elles moins ridées ?

Une peau ridée peut être le signe d’un manque de vitamine K2 et il peut être aussi le signe avant-coureur de l’ostéoporose. C’est la conclusion à laquelle est arrivée le Dr Kate Rhéaume-Bleue, célèbre biologiste canadienne et auteur du livre : « Vitamin K2 and the calcium paradox ». Elle a constaté que les femmes ménopausées en carence de vitamine K2 avaient bien plus de rides que les autres femmes et, plus particulièrement, que les femmes japonaise dont le régime diététique est bien plus riche en vitamine K2 que les femmes occidentales. Elle a également remarqué que la carence en vitamine K2 était un facteur favorisant de la formation de varices.

C’est même bon pour les dents

Weston Price, célèbre dentiste et nutritionniste américain dans les années 30, avait sillonné le monde pour étudier la richesse nutritionnelle de populations très diverses ayant encore une alimentation ancestrale tout en ayant une belle dentition. Ses conclusions furent que tous les groupes de population qui avaient une dentition saine, avaient un important apport de vitamine K2 (alors appelé activateur X) dans leur alimentation. Grâce à une combinaison de vitamine A, D et K2 il a pu, à son retour aux Etats-Unis, réparer des dents cariées avec ces 3 nutriments au lieu de forer la dent pour la remplir de plomb ou de mercure. La vitamine K2 renforce donc aussi la structure osseuse qui maintient les dents et, le Dr Kate Rhéaume-Bleue évoque des patients lui disant que le tartre accumulé sur les dents disparaissait aussi lors de supplémentation en vitamine K2.

Où trouve-t-on de la vitamine K2 si on n’est pas japonais ?

Petit inconvénient, le natto ne sent pas bon du tout et beaucoup d’entre nous risquent d’être incommodés en le cuisinant ou en le consommant. Mais rassurez-vous, trouver des aliments dans lesquels la vitamine K2 est présente, n’est finalement pas trop compliqué lorsqu’on habite sous nos latitudes.

Vous trouverez de la K2 dans :

  • les blancs et les cuisses de poulet,
  • le bœuf haché,
  • le bacon,
  • le saumon
  • le maquereau
  • les produits laitiers (bio et non-allégés).

Si aucun de ces aliments ne vous convient (en particulier pour les végétariens) vous pouvez prendre de la vitamine K1 (normalement plutôt dédiée à la coagulation sanguine), que l’on trouve dans les épinards, le chou de Bruxelles, les brocolis ou les blettes, car cette vitamine est transformée par le corps humain en vitamine K2 (en plus faibles quantités).

Et si vraiment aucun de ces aliments ne trouve grâce à vos yeux, la vitamine K2 existe depuis une dizaine d'années seulement sous forme de complément alimentaires (vous en trouverez ici).

Cet été : vitamine K2 et soleil

Le soleil est de plus en plus présent en ces mois de printemps, vous allez donc produire de la vitamine D. Cela signifie que votre organisme va avoir plus de facilité à absorber le calcium. Il semble donc que ce soit le meilleur moment pour réaliser tout l'été des menus riches en K2.

Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien des médecines alternatives. Vous pourrez en trouver un près de chez vous et prendre rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com
Sur le même sujet
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Publicité pour Annuaire Thérapeutes