Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Suicide, dépression : la vitamine D pour réduire les risques ?

  • Quel rôle joue la vitamine D dans la dépression et les risques suicidaires ?Quel rôle joue la vitamine D dans la dépression et les risques suicidaires ?
Article 100% numérique

La dépression est le premier facteur de risque menant au suicide et une carence en vitamine D peut aggraver le risque de la dépression. Une équipe de scientifiques propose donc de se pencher sur la façon dont la supplémentation en vitamine D, en cas de symptômes dépressifs, serait un moyen simple et abordable d’aider à diminuer les risques de suicide.

Véritable problème de santé publique, le suicide cause la disparition de plus de 700 000 personnes chaque année dans le monde. Si le suicide provient d’une interaction complexe entre plusieurs facteurs de risque, la dépression en est le facteur le plus fréquent (entre 60 % et 98 % des suicides et des tentatives de suicide). Or, comme plusieurs études ont montré des effets prometteurs de la supplémentation en vitamine D comme traitement d'appoint de ce trouble de l'humeur, une équipe de chercheurs de l’Université de Guadalajara, au Mexique, a décidé de compiler la littérature scientifique à ce sujet et en conclut que la supplémentation en vitamine D pour réduire les symptômes de la dépression pourrait avoir un « effet indirect » dans la prévention du suicide et des tentatives de suicide.

Supplémentation en vitamine D : des effets prometteurs

Comme l’indiquent des études antérieures, une carence en vitamine D pourrait être un facteur de risque de dépression et de tentatives de suicide. Cela peut s'expliquer par le fait qu'une carence en vitamine D peut altérer la synthèse de la sérotonine et la disponibilité de certains neurotransmetteurs impliqués dans la dépression, mais aussi diminuer l'inflammation dans le cerveau très souvent observée post-mortem chez les victimes de suicide associée à la dépression. En effet, plusieurs études ont montré que les carences en vitamine D réduisent notre capacité à faire face à l’inflammation et à synthétiser de la sérotonine, or ces deux processus sont associés à la dépression et aux tentatives suicidaires.

Des liens sont également faits dans certaines études entre soleil et dépression (l’exposition au soleil augmentant mécaniquement les taux naturels de vitamine D). D’autres essais cliniques montrent qu’une supplémentation à court terme en vitamine D (durant huit semaines avec 50 000 UI de vitamine D toutes les deux semaines, soit 1 250 μg) améliore considérablement la gravité des symptômes dépressifs ressentis par les patients.

D’autres essais montrent des effets positifs dès 5 000 UI (125 μg) par jour ou 50 000 UI (1 250 μg) une fois par semaine et ce, avec différentes doses et voies d'administration (certaines proposant 4 000 UI par jour pendant trois mois ou une seule dose de 300 000 UI introduite directement dans le tube digestif).

Lire aussi Microbiote buccal et pensées suicidaires, un lien possible

Une dose minimale de 2 000 UI et des patients plus réceptifs que d’autres

Si toutes les études ne trouvent pas systématiquement des résultats positifs ou une corrélation directe entre vitamine D et troubles dépressifs, une méta-analyse regroupant les résultats de 41 essais cliniques de haut niveau de preuve (contrôlés et randomisés), a démontré que la supplémentation en vitamine D a des effets « mineurs à modérés » sur les symptômes dépressifs, que la dose minimale nécessaire semble être de 2000 UI (50 μg) par jour et que les patients les plus réceptifs sont plutôt ceux présentant des symptômes plus importants.

 

Tout cela laisse dire aux scientifiques que, déterminer les taux de vitamine D d’un patient dépressif et envisager une supplémentation étant des gestes « abordables et sûrs », ils pourraient, à l’avenir, faire partie des routines cliniques à adopter face aux patients présentant des symptômes suicidaires.

Lire aussi Contraception hormonale et suicide : jeunes femmes, attention !

Lire aussi Dépression : marche, Pilates et musculation plus efficaces que les médicaments

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé


Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous