Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Parodontite et risque cardiovasculaire : le lien se confirme

Article 100% numérique
  • Une bonne hygène dentaire, c'est moins de risques carciovasculairesUne bonne hygène dentaire, c'est moins de risques carciovasculaires

L’hygiène buccale est essentielle pour conserver de belles dents, mais aussi pour éviter les parodontites qui augmenteraient significativement les risques cardiovasculaires, d’après une nouvelle étude.

La parodontite est caractérisée par un état inflammatoire avancé des gencives, en particulier au niveau des tissus de soutien qui entourent les dents. Il est admis que la parodontite est favorisée par la plaque dentaire, dépôt composé de différentes substances (concrétions salivaires, débris alimentaires, bactéries et leurs métabolites...) se développant sur le biofilm naturellement présent à la surface des dents et des gencives. La plaque dentaire s’implante préférentiellement au niveau du sillon gingival, c’est-à-dire à la jonction dent/gencive, d’où il lui est facile de pénétrer plus en profondeur dans les tissus et de les altérer, éventuellement jusqu’au stade du déchaussement des dents.

Inflammation des gencives et inflammation des artères

La parodontite a été soupçonnée de longue date d’induire des pathologies cardiovasculaires à partir du constat que de nombreux patients atteints ne présentaient aucun des facteurs de risque traditionnels (hypertension, dyslipidémie, diabète...). Différents travaux ont confirmé ces soupçons. Cette nouvelle étude montre que l’inflammation associée à la parodontite peut être considérée comme prédictive de l’inflammation des artères, préalable courant aux accidents cardiovasculaires.

Les chercheurs s’en sont assurés au moyen de scans (PET et CT) des artères et des gencives sur plus de 300 individus, dont 13 ont développé, sur une période d’observation de quatre années, des évènements cardiovasculaires majeurs concomitants à une inflammation parodontale, indépendamment des autres facteurs de risque.

Il y a cependant une bonne nouvelle : les sujets ayant connu par le passé un épisode parodontal (traduit par une perte osseuse observable aux scans), mais ne présentant plus d’inflammation au moment de l’étude, ne semblent pas plus à risque du point de vue cardiovasculaire. Autrement dit, les deux inflammations seraient donc concomitantes, d’après les auteurs de l’étude.

« Si vous êtes dans la tranche d’âge à risque de maladie cardiovasculaire ou que vous en avez subi une, ignorer votre parodontite, le cas échéant, est dangereux et pourrait augmenter votre risque d’attaque », souligne le Dr. Thomas Van Dyke, co-auteur de cette étude.

Pour mémoire, le brossage des dents n’est pas suffisant pour freiner le développement de la plaque dentaire. Seule l’utilisation quotidienne et correcte (sans causer de blessure à la gencive) du fil dentaire peut contrarier l’implantation du tartre au niveau du sillon gingival.

Lire aussi Bouche : quelques remèdes naturels efficaces

Lire aussi Le bain de bouche facteur d'hypertension

Source :

Thomas E. Van Dyke et al., "Inflammation of the periodontium associates with risk of future cardiovascular events", janvier 2021, Journal of Periodontology.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous