Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Cycle féminin : le danger des hormones de synthèse

Article paru dans le journal nº 56 Acheter ce numéro
  • Le yam est aussi un merveilleux traitement anti-âgeLe yam est aussi un merveilleux traitement anti-âge

Nous vous proposons ici une alternative naturelle intéressante aux traitements hormonaux de synthèse : le yam.

Actuellement, l’espérance de vie d’une femme française est d’environ 80 ans. La ménopause survient autour de 50 ans, ce qui implique que la période de la ménopause occupe plus du tiers de la vie des femmes, soit environ trente ans. Il importe donc de faire les bons choix afin de préserver le plus longtemps possible votre santé et surtout votre qualité de vie. Malheureusement, la médecine officielle ne propose que la prise d’hormones de synthèse dont les effets secondaires sont catastrophiques.

Risques de cancer

C’est en 2002 que l’on a publié une étude (Million Women Study) portant sur un million de femmes britanniques âgées de 50 à 64 ans entre 1996 et 2001. Celles-ci ont donné des informations sur le type de traitement hormonal de substitution (THS) qu’elles utilisaient et ont été suivies afin d’évaluer leur mortalité et l’incidence du cancer. Les auteurs de l’étude en concluent qu’au cours des dix dernières années l’usage du traitement hormonal de la ménopause par ces femmes a pu entraîner 20 000 cancers du sein. Ils révèlent également que l’augmentation du risque de cancer du sein est la même quel que soit le mode d’administration du traitement, comprimés ou voie non orale (gel ou patch, largement utilisés en France). Ils recommandent aux femmes actuellement sous traitement hormonal d’arrêter dès que possible. En effet les risques de cancer du sein diminuent à l’arrêt du traitement ; cinq ans après l’arrêt, les risques supplémentaires sont nuls.

Sachant tout cela, comment peut-on encore oser prescrire des hormones de synthèse à nos patientes ménopausées ?

Le yam est une plante sud-américaine dont de rares espèces possèdent des racines très riches en diosgénine, un principe actif qui est un précurseur de la progestérone et de la DHEA. Cela veut dire que quand on administre de la diosgénine à une femme, son corps va la convertir en progestérone naturelle et en DHEA.

J’utilise le yam depuis plus de dix ans chez toutes mes patientes ménopausées avec beaucoup de succès, car il me permet de résoudre à lui seul pratiquement tous les désagréments de la ménopause. C’est aussi un merveilleux traitement anti-âge. Cependant, si on veut obtenir de tels résultats, il faut impérativement utiliser un yam de très haute qualité, à savoir la seule espèce de yam (la plus rare) qui est très riche en diosgénine. Il faut également préférer le yam sous forme de crème, car le yam en gélules est partiellement détruit par les sécrétions acides de l’estomac.

Les bienfaits du yam

On a trop souvent réduit la ménopause à une carence en œstrogènes en oubliant le rôle fondamental que joue la progestérone naturelle en matière de santé, de bien-être et de protection.

Ce traitement va permettre au corps de la femme de remonter ses taux de progestérone naturelle et de DHEA et après un mois de traitement, on observe les résultats suivants :

  • Accroissement de l’énergie, diminution de la fatigue physique ;
  • Sensation de bien-être, disparition de la dépression liée à la ménopause ;
  • Amélioration de la vivacité de l’esprit et des capacités de concentration ;
  • Amélioration de la qualité du sommeil ;
  • Diminution des troubles hormonaux liés à la ménopause tels que bouffées de chaleur, baisse de la libido, prise de poids.

À ces effets bénéfiques directement visibles, il faut ajouter le rôle préventif du yam à moyen et à long terme au niveau de l’ostéoporose, de la protection cardio-vasculaire, des défenses immunitaires et du vieillissement de la peau.

C’est pour toutes ces propriétés bénéfiques que je conseille à toutes mes patientes ménopausées de commencer le yam dès le début de la ménopause et de le continuer le plus longtemps possible.

Crème yam

Application de 1/4 de cuillère à café matin et soir au niveau du pli du coude (à l’endroit où l’on fait les prises de sang). Traitement journalier pendant plusieurs années, idéalement au moins jusqu’à 70 ou 75 ans.

En cas de THS classique, vous pouvez l’arrêter et commencer immédiatement le Yamplex, sachant qu’il y aura 1 ou 2 mois de transition (possible accentuation transitoire des bouffées de chaleur).

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Sur la même thématique :

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous