Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Et pourtant, ils savaient ?

Article paru dans le journal nº 79 Acheter ce numéro
  • Les services de renseignements avaient prévenu les Etats depuis longtemps.Les services de renseignements avaient prévenu les Etats depuis longtemps.

À en croire le Canard enchaîné du 8 avril 2020, les dirigeants de divers États occidentaux, dont la France, auront bien du mal à feindre l’ignorance, si d’aventure, on leur demandait des comptes concernant la pandémie qui paralyse actuellement le monde, sans parler des morts qu’elle occasionne. En effet, leurs services de renseignements les auraient prévenus et ce, depuis fort longtemps.

Après l’épidémie mondiale de Sras (2003-2004), 25 experts de la CIA avaient déjà planché pour remettre un rapport à l’administration Obama sur les forts risques de la pandémie d’une « maladie respiratoire, virulente, extrêmement contagieuse, [sans] traitement adéquat ». Ce même rapport ajoutait que les États tenteraient en vain de contrôler les mouvements de population et d’éviter l’infection. Il prédisait, d’une part, que la « maladie pandémique se manifester [ait] dans une forte densité de population, de grande proximité entre humains et animaux », d’autre part la « dégradation des infrastructures vitales et des pertes économiques » à l’échelle planétaire.

Selon le Canard enchaîné, il est d’usage que ces informations ont été transmises aux gouvernements des pays alliés. Juillet 2008. À l’Élysée, Nicolas Sarkozy peut lire à loisir le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale qui annonçait le « risque plausible […] d’une pandémie massive à forte létalité dans les quinze années à venir ». En avril 2013, un nouveau Livre blanc sur la défense en remettait une couche : « Le risque existe d’une nouvelle pandémie […] hautement pathogène, résultant de l’émergence d’un nouveau virus qui aura franchi la barrière des espèces ou qui aura échappé (sic) d’un laboratoire. » Et Claude Angeli, l’auteur de l’article d’éclaircir ici le propos : « Sous-entendu : l’un de ces lieux où certains États préparent secrètement la guerre bactériologique. »

Et ce n’est pas fini. à la fin du mois de décembre 2017, le ministère des Armées publiait sa Revue stratégique de défense et de sécurité nationale. Parmi des pépites, on pouvait lire un article qui décrivait le « risque d’émergence d’un nouveau virus franchissant la barrière des espèces ». Enfin, le 29 janvier 2020, « soit 11 jours après le premier cas déclaré de coronavirus en France », rappelle Angeli, l’ancien secrétaire général de la défense déplorait devant quelques journalistes le manque de réactivité du gouvernement Philippe et ne comprenait pas pourquoi les politiques « n’avaient pas encore déclenché le plan Pandémie ». Nous non plus.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique Politique de santé coronavirus

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous