Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

"Chaque jour, je me dis que mon père a sauvé des vies", Sylvie Beljanski

Article paru dans le journal nº 72 Acheter ce numéro
  • Sylvie Beljanski raconte son combat pour réhabiliter le nom de son père.Sylvie Beljanski raconte son combat pour réhabiliter le nom de son père.

Sylvie Beljanski est la fille de Mirko Beljanski, biochimiste dont le nom a défrayé la chronique dans les années 1980-1990. Elle aurait pu mener une carrière d’avocate à New York, loin du milieu scientifique qu’elle voulait fuir. L’arrestation de ses parents a changé le cours de sa vie. Elle relate dans son dernier ouvrage, paru en août dernier, son combat pour réhabiliter le nom de son père.

Alternative Santé. En 1996, alors que vous êtes avocate dans un cabinet à New York, vous apprenez l’arrestation de vos parents. C’est à partir de ce jour-là que vous vous êtes engagée dans la réhabilitation des travaux de votre père. Comment cela s’est-il passé ?

Sylvie Beljanski. Au départ, je me suis concentrée sur l’aide juridique que je pouvais apporter. Il me fallait trouver des avocats à Paris, et tout naturellement j’ai demandé à être ajoutée à l’équipe des avocats de la défense. C’est ainsi que j’ai eu accès au dossier. J’ai constaté des choses absolument inacceptables. À titre d’exemples, j’y ai vu un ordre de détruire les preuves ; des demandes d’audience formulées par mon père refusées la plupart du temps ; des expertises demandées par la défense refusées. Et quand finalement elles ont été acceptées, elles n’ont pas été prises en compte. Ces éléments m’ont proprement scandalisée.

Quand vous dites avoir découvert des ordres pour détruire les preuves. De quelles preuves s’agissait-il ? Et de qui ont émané les ordres ?

Les ordres de destruction de preuves ont été signés par un ­officier de police judiciaire et les preuves en question concernaient, entre autres, de très nombreux témoignages de patients qui affirmaient que les produits formulés par mon père fonctionnaient sur leur état de santé et leur pathologie. C’était incontestablement une instruction à charge. Les avocats de mes parents n’avaient jamais connu une telle situation ni un tel genre de procès.

Qu’est-ce qui a motivé l’écriture de votre livre ?

Dans ce livre, outre les deux premiers chapitres dédiés à mon père et à son arrestation, j’ai dressé l’état des lieux des partenariats scientifiques que la fondation ­Beljanski a conclu avec des ­universités aux États-Unis, les confirmations scientifiques et les publications scientifiques liées au travail de mon père.

Alors qu’aux États-Unis, le nom de Beljanski est reconnu scientifiquement, en France, il est toujours associé au charlatanisme. Ce livre est-il aussi une revanche, voire une vengeance  ?

Dieu merci, j’ai dépassé ­l’esprit de revanche. Passé la soixantaine, ma seule envie profonde est de transmettre un savoir qui sauve et qui soigne. À l’âge de 20 ans, je n’avais qu’une seule crainte, c’était que cette science disparaisse par la seule volonté des autorités françaises. Aujourd’hui, je ressens le devoir de partager ces connaissances qui, depuis vingt-cinq ans, ont été préservées aux États-Unis et validées par les scientifiques américains. Ce n’est pas rien comme validation.

Avez-vous bon espoir que le public français soit réceptif ?

Je ne sais pas, mais je suis certaine que tous ceux qui liront mon dernier livre seront informés de l’existence de plantes, dont les extraits sont de puissants anticancéreux aidant à vaincre le cancer.

De quels extraits de plantes parlez-vous ?

Les extraits de ginkgo biloba, Rauwolfia vomitoria et Pao pereira. Les dernières ...

Image description

Il vous reste encore 74% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 72, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique phytothérapie rauwolfia Ginkgo biloba
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous