Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Quand les expériences de mort imminente nous sauvent

  • Quand les expériences de mort imminente nous sauvent
Article paru dans le journal nº 124
NDE

Dans un ouvrage Expériences de mort imminente (éd. Albin Michel), écrit en collaboration avec un comédien belge, l’enseignant-chercheur en psychologie Renaud Évrard nous plonge dans l’univers des expériences de mort imminente (EMI). Avec l’appui de témoins et en intégrant l’ensemble des grandes hypothèses scientifiques sur ce sujet si particulier, il nous fait découvrir la complexité du fonctionnement de notre cerveau face à des situations hors du commun. Rencontre.

Comment définir une expérience de mort imminente ?

Ce n’est pas aussi simple que cela en a l’air. Il s’agit, pour faire court, d’une réaction face à un danger perçu comme mortel. Culturellement, cette réaction est souvent associée à des éléments tels que le tunnel dans lequel la personne partirait avec une lumière au bout qui l’amènerait dans une autre dimension, où elle pourrait à la fois voir repasser sa vie, rencontrer des gens qu’elle a perdus et également des êtres de lumière. Généralement, ce sont ces éléments-là qui, dans la culture, diffusent la notion de mort imminente. Le hic est que de nombreuses personnes présentent des réactions très étranges face à un danger, n’impliquant ni tunnel, ni lumière, ni être angélique et que je qualifierais quand même d’expérience de mort imminente, ou EMI.

D’un point de vue scientifique, où en est-on de l’interprétation des EMI ?

Plusieurs modèles scientifiques coexistent. L’un des premiers à avoir eu un grand succès populaire est celui développé par le médecin et philosophe américain Raymond Moody. Il repose vraiment sur ce que l’on va expérimenter subjectivement et spirituellement à notre mort et dévoile donc quelque chose de l’au-delà. Une autre hypothèse appelée modèle du cerveau mourant s’y oppose frontalement, en affirmant que toutes ces manifestations ne sont que des illusions ou des hallucinations, liées à l’activité du corps et plus particulièrement du cerveau en péril. Lorsque le cerveau dysfonctionne parce qu’en manque d’oxygène ou pour d’autres raisons, il générerait une sorte de bouquet final cérébral qui engendrerait toute cette expérience subjective. Il ne s’agirait donc pas de la vraie mort. Ce qui vient soutenir cette théorie est que lorsque l’on stimule directement le cerveau avec des électrodes posées sur le cortex ou par d’autres moyens, il est possible de reproduire des bouts de ce que peuvent raconter les personnes ayant vécu une EMI, par exemple la sortie du corps, la vision de tunnel et de lumière, etc. Et on en vient par conséquent à penser qu’effectivement le cerveau seul pourrait générer ce vécu. Cette approche assez réductionniste est assez bien vue du côté académique. De mon côté, je ne me retrouve ni dans l’une ni dans l’autre.

Lire aussi EMI / NDE : bientôt la preuve
de la vie après la vie ?

Quelle est alors votre approche des EMI ?

Je me base sur un modèle déjà présent avant celui de Raymond Moody et davantage développé par les psychologues que par les médecins : le modèle d’une réaction adaptée à l’effroi, à la menace d’une disparition imminente. C’est en fait l’idée que l’EMI est un état non ordinaire de conscience ; une sorte de réflexe de survie mobilisant l’ensemble des ressources à la fois psychiques et corporelles pour faire face au danger. J’en suis arrivé à défendre ce modèle en écoutant des témoignages dans le cadre du Circee (lire plus bas) et j’essaie, en effet, de creuser dans cette direction.

Qu’est-ce que le Circee ?

Le Centre d’information, de recherche et de ...

Cet article est réservé à nos abonnés. Vous êtes abonnés ? Connectez-vous

Pourquoi cet article est réservé aux abonnés ?

Depuis maintenant près de 30 ans, Alternative Santé promeut les bienfaits des médecines douces ou des approches complémentaires. Alors qu'elle sont attaquées de toute part avec la plus grande virulence, notre missions est plus que jamais essentielle pour défendre une autre vision de la santé.
C'est pourquoi nous avons besoin de vous pour nous soutenir dans nos actions d'information. En effet, si nous souhaitons garder notre indépendance éditoriale, seul votre soutien financier peut nous permettre de continuer notre mission :

  • celle de dénoncer les scandales et dérives inquiétantes dans le monde de la santé, de mettre en lumière les effets indésirables
  • celle de faire connaitre les solutions préventives et les remèdes naturels efficaces au plus grand nombre
  • celle de défendre le droit des malades, des usagers de santé et des médecins à choisir librement les meilleurs remèdes.

Comme vous le savez certainement, nous ne mettons aucune publicité dans notre journal et restons libres de toute pression. Nous souhaitons garder toute notre indépendance, mais cette liberté a un coût.

La meilleure façon de nous aider et de soutenir une presse indépendante est donc de vous abonner à notre journal !

Je m'abonne

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé


Tags sur la même thématique expérience de mort imminente EMI NDE