Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Remédiez à l’otite du plongeur

Article paru dans le journal nº 102 Acheter ce numéro
  • L’usage classique du Coton-Tige est aussi déconseillé.L’usage classique du Coton-Tige est aussi déconseillé.
ORL

Si la natation ou la plongée sont d’excellentes activités sportives, d’autant plus agréables en période estivale, eau et oreille ne font pas forcément bon ménage. Avant de chausser vos palmes, quelques notions sur l’otite du plongeur peuvent s’avérer très utiles.

Comment s’en sortir ?

Si vous êtes atteint de l’otite du plongeur, l’évidence est bien sûr de stopper toutes plongées, même – et surtout – en piscine. L’eau chaude favorise et entretient l’inflammation (y compris à faible profondeur). Attention également aux promenades lors de vents froids (bord de mer).

Évitez tout ce qui pourrait obturer le conduit auditif, tels les écouteurs d’appareils de musique (smartphones, etc.) et les bouchons d’oreilles en silicone, car le tympan a besoin de respirer.

L’usage classique du Coton-Tige est aussi déconseillé. Faites régulièrement (tous les 2 ou 3 jours) un nettoyage des impuretés des oreilles avec des bougies Hopi naturelles en cire (méfiez-vous des imitations industrielles). En effet, l’inflammation augmente la production de cérumen déjà importante naturellement.

Les solutions au naturel

"C’est l’ensemble de ces conseils en biosanté qui aura une efficacité après deux mois. Vous pouvez aussi y ajouter yoga et méditation afin de comprendre ce que votre corps vous dit et que vous refusez obstinément d’entendre… " en vous bouchant les oreilles ".

  • Ostéopathie

Ici nous parlons précisément d’ostéopathie crânienne. Elle permet de s’assurer de la bonne mobilité des os, particulièrement le sphénoïde (« la clef de voûte » du crâne) et les temporaux, mobilité essentielle dans ce type de problème. Veillez à choisir un ostéopathe certifié dans ce domaine.

Lire aussi L’argile soulage l’otite

  • Alimentation

Conseils qui ont leur importance, l’alimentation sera exempte de produits laitiers et de lait animal mais aussi de sucres industriels (sodas, crèmes glacées, jus de fruits). Les aliments à forte fermentation seront déconseillés (haricots blancs, choux de Bruxelles, céréales complètes…). Optez plutôt pour les avocats, betteraves cuites, patates douces, châtaignes et bananes bien mûres… Faites une cure de deux mois de probiotiques (comme Actilac) qui agiront directement sur la cause.

  • Aromathérapie

On le sait peu, mais l’aromathérapie joue un rôle majeur. Je vous suggère des inhalations de 7 à 10 minutes, à raison de 2 à 3 par jour, dont une fois au coucher. Quelques gouttes d’huile essentielle de pin laricio (Pinus nigra laricio) bio dans un bol d’eau chaude (non bouillante) à inhaler avec une serviette sur la tête. La lavande papillon (Lavandula stoechas) pourra être appliquée pure (une ou deux gouttes suffisent) avec un Coton-Tige, par des mouvements circulaires. N’enfoncez pas le Coton-Tige ! Vous pourrez utiliser cette huile essentielle dans votre chambre (aérée) avec un diffuseur, 20 à 30 minutes au coucher. Pensez à réduire, voire stopper le chauffage ou le climatiseur de votre chambre, si c’est possible.

  • Homéopathie

Les granules homéopathiques jouent aussi un rôle important : Belladonna associée à Capsicum annuum en 5 CH, à raison de 5 granules de chaque, 3 fois par jour ; Mercurius dulcis en 9 CH, 10 granules au coucher. Le tout pendant huit jours, puis passer à 3 granules par jour pour Belladonna et Capsicum annuum, et 8 pour Mercurius dulcis pendant 15 jours.

Stopper une semaine et refaire un protocole entier si nécessaire.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous