Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Personnes âgées et benzodiazépines : de possibles faux troubles cognitifs temporaires ?

Article 100% numérique
  • Les benzodiazépines à l'origine de faux symptomes d'Alzheimer ou de démence ?Les benzodiazépines à l'origine de faux symptomes d'Alzheimer ou de démence ?

Selon une étude parue récemment dans la revue Nature Neuroscience, les benzodiazépines (des médicaments anxiolytiques souvent prescrits en cas d’insomnie, d’agitation ou de troubles de l’anxiété) pourraient, à long terme, générer des troubles cognitifs, ce qui pose un problème dans le cas des personnes âgées chez qui un faux diagnostic peut alors être posé.

Cet essai mené sur des rats par une équipe de chercheurs allemands, suisses et australiens révèle qu’une dose quotidienne du benzodiazépine diazépam (alias Valium) sur plusieurs semaines entraîne purement et simplement chez les animaux la perte de connexions neuronales dans le cerveau, donc des troubles cognitifs. En se liant à une protéine spécifique (la TSPO), ces médicaments activent certaines cellules du cerveau chargées de nettoyer les connexions les moins efficaces entre les neurones (les cellules microgliales). Or lorsque ces cellules sont suractivées, elles nettoient un peu trop et font disparaître certaines connexions neuronales dans le cerveau, ce qui entraîne des troubles cognitifs.

L’effet serait réversible après l’arrêt de l’utilisation des benzodiazépines, mais si ce phénomène s’applique également à l’humain, cette découverte pourrait avoir un impact important concernant leur prescription aux personnes âgées. En effet, cela signifie qu’une personne âgée sous benzodiazépines pourrait temporairement voir s’aggraver les symptômes d’une maladie neurodégénérative déjà présente (démence, Alzheimer) ou laisser penser, à tort, qu’elle développe un trouble cognitif qui ne serait en réalité que l’effet indésirable du médicament. Comme l’expliquent d’ores et déjà les auteurs de l’étude, chez les personnes à risque de démence, les troubles du sommeil et de l’anxiété devraient, dans la mesure du possible, être traités avec des molécules connues pour n'avoir aucune affinité de liaison avec la TSPO.

Lire aussi Parkinson : ces patients mystérieusement « guéris » pendant leurs rêves

Lire aussi Maladie neurodégénérative : la piste du gluten


Sources :

« Long-term diazepam treatment enhances microglial spine engulfment and impairs cognitive performance via the mitochondrial 18 kDa translocator protein (TSPO) », Nature Neuroscience, février 2022.

« Rôles et caractérisation de la microglie dans le développement du néocortex somatosensoriel de la souris », Isabelle Arnoux, Université René Descartes- Paris V, 2014.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique benzodiazépines maladies neurodégénératives

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous