Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Impatiences dans les jambes, une lueur d’espoir

Article paru dans le journal nº 64 Acheter ce numéro
  • "Une envie irrésistible de bouger les jambes, accentuée la nuit".

Dans le prolongement de notre article sur la fibromyalgie et au vu de vos nombreux courriers, nous traitons ici le syndrome des jambes sans repos (SJSR), ou maladie de Willis-Ekbom. De nombreuses interrogations persistent sur les causes de ce trouble neurologique vécu comme un véritable enfer. Existe-t-il des solutions naturelles pour en guérir ou, tout du moins, soulager celles et ceux qui en sont atteints ?

Il se caractérise par une envie irrésistible de bouger les jambes, voire d’autres parties du corps telles que les bras. S’ajoutent à cela des troubles sensoriels inconfortables, parfois douloureux, au niveau des régions touchées (picotements, démangeaisons, tiraillements, décharges électriques, agacement, fourmillements...). Le syndrome des jambes sans repos (SJSR) est particulièrement prégnant pendant les périodes de repos ou d’inactivité ; ses symptômes sont soulagés ou supprimés par le mouvement. Ils se manifestent de manière intermittente ou quotidienne et s’intensifient en soirée et au cours de la nuit. Dans les cas les plus sévères, impossible de rester allongé ; se lever et bouger devient impératif, entraînant des perturbations importantes de la qualité du sommeil, qui se répercutent sur la vie quotidienne.

L’âge moyen du déclenchement des troubles se situe aux alentours de 50 ans, et les femmes sont deux fois plus touchées que les hommes. Entre 5 et 10 % de la population adulte serait concernée. Les enfants et les adolescents ne sont pas épargnés, mais les chiffres ne sont pas clairement établis. Enfin, alors que nous abordons la fibromyalgie dans ce numéro (lire p. 18), il faut savoir que la prévalence du SJSR serait environ dix fois plus élevée chez les personnes atteintes de fibromyalgie (33 %) que chez celles qui en sont ­indemnes, selon une étude publiée dans le Journal of Clinical Sleep Medecine.

Le rôle de la dopamine

La recherche avance, mais on ignore encore le mécanisme précis de cette maladie de Willis-Ekbom. Les études concordent sur le fait que la forme primaire est génétique ; des formes secondaires mettent en évidence des relations avec certains états pathologiques ou physiologiques. Si l’origine du syndrome reste inconnue, il apparaît toutefois comme la conséquence d’un trouble du métabolisme de la dopamine.

Lorsque la production de dopamine (ou simplement sa circulation) est dérégulée, l’ensemble de la communication entre les neurones se trouve perturbée. La dopamine intervient notamment dans les régions cérébrales à compétences motrices (voir aussi notre dossier sur la maladie de Parkinson)et dans le contrôle des informations sensori-motrices, au niveau de la moelle épinière. Ainsi, un lien étroit existe entre le SJSR et une carence en fer au niveau des neurones contenant la dopamine. De manière générale, ce syndrome est souvent associé à une mauvaise circulation du sang, à une maladie chronique (diabète, fibromyalgie, polyarthrite rhumatoïde, insuffisance rénale...), à une anémie ferriprive (carence en fer de l’organisme), à une carence en vitamine B9 et en certains minéraux (zinc, cuivre, magnésium et calcium), à une grossesse, à la prise de certains médicaments, à la caféine…

Une étude publiée en avril 2018 par des chercheurs du Minnesota donne une piste nouvelle : le SJSR serait corrélé à un dysfonctionnement de la partie du cerveau traitant les informations sensorielles. Des changements ...

Image description

Il vous reste encore 78% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 64, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous