Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Coup de pouce au système immunitaire

Article paru dans le journal nº 62 Acheter ce numéro
  • La MIT a pour objectif de rétablir une bonne communication entre les cellules du système immunitaire.La MIT a pour objectif de rétablir une bonne communication entre les cellules du système immunitaire.

Chaque année, c’est la même histoire : l’hiver arrive avec son arsenal de microbes et autres virus, qui mettent à mal notre système immunitaire. La micro-immunothérapie (MIT) ou immunothérapie à dose infinitésimale (IDI), réservée aux médecins, peut compléter avantageusement des traitements naturels ou seconder des traitements classiques pour soutenir le système immunitaire.

Impossible d’être en bonne santé sans un bon système immunitaire. Or, sous la pression du stress, d’un déséquilibre énergétique ou structurel, de la malnutrition, de perturbateurs endocriniens ou de polluants, il peut dérailler, laissant émerger des pathologies (cancers, maladies auto-immunes ou neurologiques, réactivations virales, allergies...). Notre système est en quelque sorte un super radar qui repère et détruit ce qui ne lui appartient pas et le menace : virus, bactéries, parasites, champignons, cellules nuisibles, etc. Il induit des interactions complexes qui mettent en œuvre de nombreux organes, substances et cellules différentes. La majorité de ces dernières se trouvent dans un ensemble d’organes dits lymphoïdes : moelle osseuse et thymus (qui produisent les cellules immunitaires), rate, ganglions lymphatiques, amygdales et amas de cellules situés sur les muqueuses des voies digestives, respiratoires, génitales et urinaires.

Il y a quarante ans, le médecin homéopathe bruxellois Maurice Jenaer a eu le nez fin. Conquis par les travaux innovants de son confrère, le Dr Georges Bonnier, qui avait administré ADN et ARN à des adolescents nord-africains carencés, il émet l’hypothèse que de tels remèdes pourraient être donnés de manière très simple s’ils étaient dilués, dynamisés et pris par voie sublinguale. Au fil des années, en plus des traitements à base d’ADN-ARN issu de végétaux et de cytokines (protéines ayant une action modulatrice sur le système immunitaire), il imagine d’autres produits avec des interleukines, interférons, facteurs de croissance et de nécrose des tumeurs aux résultats significatifs.

Qu’est-ce que la micro-immunothérapie ?

« Micro » signifie microdose, l’un des principes de la micro-immunothérapie. Afin de rester en harmonie avec les mécanismes physiologiques, les substances sont fortement diluées avant d’être utilisées, réduisant ainsi considérablement les effets secondaires et les dégâts collatéraux sur la santé connus dans les autres immunothérapies. La MIT a pour objectif de rétablir une bonne communication entre les cellules du système immunitaire afin qu’elles retrouvent leur capacité innée de défense face aux agresseurs ou limitent leur réaction parfois exagérée. Elle se sert des mêmes messagers que le système immunitaire (cytokines, hormones, facteurs de croissance, acides nucléiques...) pour transmettre les informations à l’organisme.

La MIT trouve sa place dans le traitement des maladies liées à un déséquilibre immunitaire, qu’elles soient aiguës ou chroniques, et s’avère tout à fait compatible avec des traitements allopathiques ou naturels tels que la micronutrition, la phytothérapie et les médecines énergétiques. Des recherches plus récentes montrent qu’elle pourrait aussi être d’une aide précieuse dans des affections plus courantes pour lesquelles l’importance du système immunitaire n’avait pas été identifiée (par exemple, l’hypertension artérielle).

Les substances utilisées en MIT sont diluées à des concentrations similaires à celles des substances circulant naturellement dans l’organisme. Elles sont dispensées sur un support de type homéopathique (granules – intolérants au lactose, attention) et administrées selon une séquence concrète et un ordre précis. On se fonde ici sur la loi d’Arndt-Schulz, pour laquelle il existe une relation inverse entre l’action et la potentialisation. Concernant le système immunitaire, les basses dilutions le stimulent, les dilutions moyennes ont une action modératrice et les hautes dilutions freinent ses actions excessives. Une substance hautement diluée et dynamisée émettra des messages aux effets cliniques constatés en l’absence totale de toxicité (effets indésirables quasi absents, malgré une veille sanitaire et pharmacologique en cours). La législation européenne confirme qu’au-delà de la dilution au 1/10 000 de la substance de départ, l’innocuité est garantie.

Pour en savoir plus

Si vous cherchez les coordonnées de professionnels de santé formés à la MIT ou un complément d’information sur la discipline, consultez le site de l’Institut français de micro-immunologie. Certains sites de pharmacies vendent des traitements MIT mais, à ce jour, le laboratoire Labo’Life est le seul à fabriquer ces médicaments. Le traitement 2LEID-N, par exemple, est conseillé dans les infections aiguës, chroniques et récidivantes en cas de déficience immunitaire, en particulier pour la sphère ORL.

En prévention des affections hivernales, le traitement sera pris dix jours par mois, en curatif ou pour les pathologies chroniques, pendant un ou deux mois. L’automédication étant fortement déconseillée, il est sage de contacter les médecins spécialistes de la discipline.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous