Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Homéopathie : pour les granules blanches, le feu est à l’orange

Article paru dans le journal nº 66 Acheter ce numéro
  • Homéopathie : pour les granules blanches, le feu est à l’orange

Malgré le faux suspens entretenu par la Haute Autorité de santé (HAS) quant à la teneur de l’avis qu’elle rendra en juin sur l’homéopathie, tout laisse d’ores et déjà à penser qu’elle en préconisera le déremboursement total. Les raisons en sont simples : de la même manière que le choix des questions que l’on pose oriente les réponses que l’on obtient, le choix d’une méthode d’évaluation d’un remède détermine en grande partie les résultats de celle-ci.

Ainsi, dans son communiqué du 21 mars, la HAS « prévoit de rendre un avis commun à l’ensemble des médicaments [soit 1 200 souches, ndlr], avec des conclusions qui pourront être détaillées par maladie ou symptôme selon les données disponibles ». Autrement dit, elle se prononcera sur l’efficacité de l’homéopathie en général sur telle ou telle maladie ou symptôme en particulier. Alors que tout le monde sait (ou fait semblant de ne pas comprendre) que cette méthodologie est fondamentalement inadaptée et engendrera des conclusions biaisées. « Pour faire court, c’est comme si, en médecine conventionnelle, on compilait les résultats d’études cliniques sur six antibiotiques différents contre une bactérie, et que si seuls deux fonctionnaient sur six, on concluait à “l’absence de preuve fiable” que l’antibiothérapie fonctionne contre les infections », expliquions-nous déjà dans cet article critiquant l’étude « de référence » australienne brandie par tous les opposants à l’homéopathie.

Lire aussi Attaques sur l'homéopathie

La HAS ignore-t-elle cet écueil ? Difficile à imaginer. D’autant qu’elle n’a pas cru bon de joindre les associations d’homéopathes à sa réflexion pour produire une évaluation rendant justice à cette médecine si particulière, comme s’y étaient pourtant engagés les pouvoirs publics. Pour cette raison, un collectif de soutien à l’homéopathie rassemblant 13 organisations de professionnels et de patients a demandé, le 20 mars dernier, à être reçu par la ministre de la Santé. Des auditions sont également prévues en avril à la HAS, ainsi qu’une phase contradictoire, en mai et juin (après l’adoption de l’avis), où seront alors entendues les éventuelles remarques des laboratoires… Bref, on peut dormir tranquilles : à part une méthodologie foncièrement défavorable, toutes les apparences de l’impartialité et de l’indépendance sont maintenues.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique Homéopathie homéopathe
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous