Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Une dent dévitalisée ?
Un organe mort dans la bouche 

Article paru dans le journal nº 6 Acheter ce numéro
  • Une dent dévitalisée ? Un organe  mort dans la bouche 

Lorsqu’une carie atteint le nerf, le dentiste propose fréquemment au patient de dévitaliser la dent touchée. La douleur est ainsi supprimée mais la dent est désormais un organe mort qui reste dans la bouche et produit des toxines. Le docteur Jean-Pierre Garel, comme de nombreux autres scientifiques, alerte aujourd’hui les dentistes sur une pratique que l’on croit banale et qui est à l’origine de nombreuses pathologies chroniques.

Pour quelles raisons dévitalise-t-on une dent ?

Le patient vient généralement consulter pour la dent qui fait mal. La douleur est due à une ou plusieurs caries non détectées qui n’ont pas été soignées à temps. Lorsque le dentiste propose la dévitalisation, le patient accepte presque toujours car elle assure un relatif confort en bouche. Instinctivement, il refuse de « s’amputer » de cet organe. Il conserve ainsi sa dent native pour sa fonction de mastication. Le dentiste quant à lui, dispose d’un ancrage pour un bridge ou une prothèse (plus onéreux). Toutes ces raisons amènent à cette opération qui paraît bien inoffensive, voire même prophylactique. Une intervention remboursée et encouragée depuis longtemps…

En quoi une dent dévitalisée peut-elle être dangereuse ?

Même si les matériaux d’endodontie ont fait d’énormes progrès, on est toujours dans l’impossibilité de stériliser la dentine, les canaux secondaires et accessoires. Or, la dent dévitalisée est un organe mort qui abrite une multitude de bactéries qui empoisonnent à petit feu l’organisme en distillant des toxines. Ce mécanisme nommé « l’infection focale », est à l’origine de nombreuses maladies : hypertension, diabète, asthme, migraines, fractures mal consolidées… Le Pr Boyd Haley, directeur du département Biochimie de l’Université du Kentucky, a confirmé les effets dévastateurs de toxines émises par les dents dévitalisées même si celles-ci ne présentent aucun signe clinique, ni radiologique d’infection. Lorsque la dent dévitalisée comporte en plus un amalgame dentaire, les bactéries anaérobies de la dent dévitalisée transforment le mercure de l’amalgame en un poison redoutable !

Y a-t-il des travaux scientifiques qui attestent de la toxicité de ces dents ?

Nous les devons à ce découvreur intellectuellement honnête que fut le chirurgien-dentiste Weston Price (1870-1948). Il exerçait dans l’Ohio, aux États-Unis. À la fois clinicien et biologiste, auteur de 220 publications, il a étudié 500 cas avec une méthodologie simple et rigoureuse. Il a, d’abord inoculé à des lapins un ...

Image description

Il vous reste encore 50% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 6, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois
Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien des médecines alternatives. Vous pourrez en trouver un près de chez vous et prendre rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Publicité pour Annuaire Thérapeutes