Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Covid-19 : la piste des polyphénols pour lutter contre l’infection

  • L'EGCG du thé vert, un des nombreux polyphénols étudiés contre le Covid-19L'EGCG du thé vert, un des nombreux polyphénols étudiés contre le Covid-19
Article paru dans le journal nº 100

Les polyphénols, aux vertus antioxydantes bien connues, pourraient être de précieux alliés contre le Covid-19 comme le suggèrent, depuis les débuts de la pandémie, de nombreuses recherches. Où en sont ces recherches ? Et comment agissent ces molécules organiques ?

Article mis à jour le 05/12/2022
Notice (8): Only variables should be passed by reference [APP/views/plugins/plugin_as/default/articles/article_contenu.ctp, line 9]

Nous évoquons régulièrement les propriétés bénéfiques de ces composés présents dans les fruits, légumes et certaines plantes. Les polyphénols sont notamment abondants dans le thé, le café, le marc de raisin et le vin rouge. Ils sont l’objet de plus en plus de recherches comme moyens de prévenir ou de lutter contre les infections virales, et en particulier contre le SARS-CoV2.

De nombreuses recherches ont été menées sur ces métabolites permettant de mieux connaître leurs mécanismes d'action et leurs propriétés. Ainsi, ces recherches ont permis de mettre en évidence deux modalités d’action : la première, indirecte, passe par la modification du microbiote intestinal ; la seconde, directe, permet d'envisager localement des remèdes contre l'infection.

Une action indirecte via le microbiote intestinal

Le microbiote intestinal joue un rôle essentiel dans l'infection par le SARS-CoV2 : on sait que les patients atteints de formes sévères de Covid-19 présentent également souvent une dysbiose (déséquilibre du microbiote), mais aussi que le virus peut infecter les cellules de la muqueuses intestinales et s'y reproduire. D'ailleurs, les selles des patients contaminés par le virus contiennent de l'ARN viral. Les polyphénols, en modulant le microbiote intestinal, pourraient contribuer à prévenir et à traiter le Covid-19.

Dans une revue de la littérature scientifique (1), des chercheurs chinois précisent par exemple que des polyphénols du thé vert et noir, testés sur des animaux atteints de diverses pathologies (mais pas du Covid-19...) :

  • favorisent la croissance des probiotiques
  • inhibent sélectivement la croissance de bactéries pathogènes
  • participent à l'équilibre du microbiote intestinal
  • contribuent à éviter le déclenchement de certaines maladies, telles que les maladies cardiovasculaires, inflammatoires, ou encore les cancers, en agissant sur diverses voies métaboliques ou de signalisation.

Comment cette modification du microbiote pourrait-elle lutter contre le Covid-19 ? Il se trouve que certains métabolites produits par les bactéries intestinales agissent comme des antiviraux.

Ainsi, une étude très « solide » de l'université Rockefeller de New York parue à la fin 2021 (2) a porté sur quelque cinquante souches de bactéries fréquemment retrouvées dans le microbiote intestinal humain. Les chercheurs en ont isolé les composants chimiques dont la structure suggérait potentiellement une activité antivirale. Ils les ont ensuite testés un par un in vitro sur des modèles cellulaires infectés par le SARS-CoV2. L'un de ces composants s'est avéré plus efficace que le médicament Remdesivir auquel il était comparé.

De quoi conforter une hypothèse formulée par certains scientifiques dès le début de l'épidémie de SARS-CoV2 selon laquelle la stimulation de certaines populations bactériennes du microbiote intestinal pourrait être un moyen naturel de combattre la maladie... Concrètement, on pourrait modifier la composition du microbiote des personnes en leur administrant des polyphénols, stimulant ainsi la production de certaines bactéries ciblées dont les métabolites sont capables d’anéantir le virus au sein de l’intestin.

Lire aussi Le secret du curcuma est dans le microbiote

Une action directe sur les cellules épithéliales

Les polyphénols semblent aussi pouvoir agir directement sur les cellules pour empêcher l'infection ou l'éliminer. Très schématiquement, des recherches ont montré que certains polyphénols avaient la capacité de « bloquer» les récepteurs ACE2 des cellules épithéliales (présentes dans les muqueuses, donc dans les intestins, les poumons et la bouche), ceux-là même que le SARS-CoV2 utilise pour se fixer, infecter les cellules et s'y multiplier à l'insu du système immunitaire. Certains polyphénols sont même capables d'inhiber la protéine 3CLpro du virus qui commande sa réplication (à l’instar du médicament Plaxovid récemment mis sur le marché !), fonctionnant ainsi comme de véritables antiviraux.

Cet article est réservé à nos abonnés. Vous êtes abonnés ? Connectez-vous

Pourquoi cet article est réservé aux abonnés ?

Depuis maintenant près de 30 ans, Alternative Santé promeut les bienfaits des médecines douces ou des approches complémentaires. Alors qu'elle sont attaquées de toute part avec la plus grande virulence, notre missions est plus que jamais essentielle pour défendre une autre vision de la santé.
C'est pourquoi nous avons besoin de vous pour nous soutenir dans nos actions d'information. En effet, si nous souhaitons garder notre indépendance éditoriale, seul votre soutien financier peut nous permettre de continuer notre mission :

  • celle de dénoncer les scandales et dérives inquiétantes dans le monde de la santé, de mettre en lumière les effets indésirables
  • celle de faire connaitre les solutions préventives et les remèdes naturels efficaces au plus grand nombre
  • celle de défendre le droit des malades, des usagers de santé et des médecins à choisir librement les meilleurs remèdes.

Comme vous le savez certainement, nous ne mettons aucune publicité dans notre journal et restons libres de toute pression. Nous souhaitons garder toute notre indépendance, mais cette liberté a un coût.

La meilleure façon de nous aider et de soutenir une presse indépendante est donc de vous abonner à notre journal !

Je m'abonne

Références bibliographiques

Références

(1) « Tea Polyphenols Prevent and Intervene in COVID-19 through Intestinal Microbiota », Foods, janvier 2022. 10.3390/foods11040506

(2) « Metabolites with SARS-CoV-2 Inhibitory Activity Identified from Human Microbiome Commensals », mSphere, novembre-décembre 2021. 10.1128/mSphere.00711-21

(3) « Corilagin prevents SARS-CoV-2 infection by targeting RBD-ACE2 binding », Phytomedicine, juillet 2021. 10.1016/j.phymed.2021.153591

(4) « Epigallocatechin gallate from green tea effectively blocks infection of SARS-CoV-2 and new variants by inhibiting spike binding to ACE2 receptor », Cell & Bioscience, août 2021. 10.1186/s13578-021-00680-8

(5) « Rapid inactivation in vitro of SARS-CoV-2 in saliva by black tea and green tea », Pathogens, juin 2021. 10.3390/PATHOGENS10060721

(6) « SARS-CoV-2 neutralizing activity of polyphenols in a special green tea extract preparation », Phytomedicine, avril 2022. 10.1016/j.phymed.2022.153970

(7) « Can nutraceuticals assist treatment and improve Covid-19 symptoms? », Natural Product Research, (sous presse, publication en ligne anticipée) février 2022. 10.1080/14786419.2021.1914032

(8) « New Insights into Potential Beneficial Effects of Bioactive Compounds of Bee Products in Boosting Immunity to Fight COVID-19 Pandemic: Focus on Zinc and Polyphenols », Nutrients, mars 2022. 10.3390/nu14050942

(9) https://www.efsa.europa.eu/fr/press/news/180418

"Polyphenols as alternative treatments of COVID-19", 2021

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé