Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Palpitations et tachycardie

Article paru dans le journal nº 15 Acheter ce numéro

Beaucoup de personnes ont actuellement des problèmes de palpitations. Il faut rappeler que jusqu’à 130 coups/minute, c’est de la palpitation, et au-dessus de 130, c’est de la tachycardie.

À chaque fois que j’ai posé la question à des généralistes ou à des cardiologues sur les causes de ce dérèglement rythmique, ils ont paru embarrassés et ont éludé la question.

Des études japonaises ont montré que le cœur possède un système nerveux propre qui échappe au système neuro-végétatif – ce qui complique la compréhension de ses anomalies rythmiques.

Ce qui est certain, c’est que généralement, le cœur n’y est pour rien. Il ne fait que réagir à des causes qui lui sont externes – la principale étant l’intoxication hépatique.

Le foie est le centre de la conscientisation des émotions. L’émotivité est donc une première cause de réactions cardiaques.

Par ailleurs, l’intoxication du foie crée souvent des phénomènes d’allergies qui peuvent se manifester sous de multiples formes, dont la palpitation et la tachycardie paroxystique.

Comment se déroule la crise paroxystique ?

Le cœur se met à taper fort. Une sorte de crispation intérieure s’installe simultanément avec une angoisse irraisonnée, comme à l’approche d’un danger.

Le pouls prend un palier d’environ 110, à partir duquel la poussée peut démarrer à tout moment. Des signes avant coureurs de fortes extrasystoles peuvent se manifester. Ce n’est pas très sympathique, car cela ressemble à des coups de point de l’extérieur.

Puis, l’angoisse monte et le pouls part. Le cœur cogne de plus en plus fort. Une respiration réflexe, accélérée accompagne le phénomène. Il faut s’interdire la peur et attendre que la vague passe car un coup d’adrénaline aggraverait encore le problème. Le pouls peut monter à 180 ou 200.

Dans les cas extrêmes, une forte douleur apparaît au niveau des reins, mais ne dure pas (en raison des coups de bélier du sang). Au pire, le cœur peut se désynchroniser par moments avec sensation de manque d’air. Puis, tout se calme progressivement ou bien définitivement ou dans l’attente d’une autre crise. Une baisse énergétique s’en suit, qui nécessitera jusqu’à 24 heures pour récupérer.

Les causes déclenchantes

La plupart du temps, un phénomène allergique se produit après avoir absorbé certains types d’aliments contenant en prépondérance : de la crème fraîche, du beurre cuit, du lait ou tous les dérivés, puis en seconde position, des céréales à gluten, du maïs, du sucre, des agrumes, certaines légumineuses, ou encore du chocolat. Il peut aussi y avoir une hypersensibilité au stress, ou même à des ambiances énergétiques pathogènes.

Divers remèdes à la tachycardie

Les remèdes que propose la médecine officielle sont peu efficaces et dangereux. Seul Atarax peut apporter une aide provisoire dans des cas extrêmes. Il n’est pas trop nocif mais il crée une accoutumance et il faut augmenter les doses. Il rend somnolent et entraîne des pertes de la mémoire des noms.

Par ailleurs, son temps de réponse est d’1/4 d’heure. Ce n’est donc qu’un préventif de crises.

Points d’acupuncture

Une constante que l’on retrouve couramment, c’est la plénitude du foie et le vide du rein accompagnés de pieds froids et jambes molles.

En cas d’urgence, si l’on n’a rien, chercher avec le pouce un point intercostal (foie 13) sur le côté gauche ou droit au niveau de la pointe du sternum. Ce point doit être douloureux. Il faut appuyer fort. Il y a un soulagement rapide.

Pour le rein, il faut malaxer fortement au pouce les points 3 et 4 du rein à l’arrière des malléoles internes des chevilles. Il doit s’en suivre une chaleur qui remonte jusqu’aux oreilles. Une autre méthode très simple consiste à marcher en tapant des pieds par terre au rythme d’un coup par seconde pendant quelques minutes.

Dans le cas spécifique des phénomènes allergiques liés à la digestion, toujours avoir sur soi de l’histamine 9 CH en ampoule. L’effet est aussi immédiat qu’une intra-veineuse. Nota : les granules marchent beaucoup moins bien.

Relaxation énergétique

Une autre voie, à condition d’avoir auprès de soi une personne ayant une bonne main, est un massage du cou au niveau des 7èmes cervicales, pour dégager les énergies bloquées. Puis, faire la colonne vertébrale en tirant les énergies vers le bas et vers les côtés. Utiliser pour cela, une crème ou un complexe aromatique relaxant. Un massage des pieds peut être aussi très efficace – en insistant sur l’emplanture des orteils, partie supérieure, entre les os du métatarse. Raboter doucement avec les pouces huilés.

Sur la face interne des gros orteils, il y a aussi un point douloureux qui harmonise les énergies et calme le système nerveux.

En homéopathie

  • Pouls violent rapide (hyperthyroïdie) :

– Lycopus européa 9 CH (1) : 30 gouttes flacon 30 ml (crises) ou ;

– Lycopus TM (1) : 15 gouttes 3 fois par jour.

  • Avec arythmie :

– Spigelia 15 CH (1) : 20 gouttes 3 fois par jour flacon 30 ml

  • Si hyperthyroïde :

– Thyroïdea 30 CH (1) : 1 ampoule au lever – Boîte de 30.

En conclusion :

Soigner les palpitations et la tachycardie, c’est bien pour juguler les crises, mais il convient de remonter à la cause première. Là, seulement, est la vraie guérison. Il faut savoir que le foie est souvent impliqué dans l’affaire. Les remèdes ne manquent pas sur cette question.


 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous