Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Sympathicothérapie : votre nez peut vous soigner

Article paru dans le journal nº 66 Acheter ce numéro
  • Le nez est la voie d'accès à l'énergie céleste.Le nez est la voie d'accès à l'énergie céleste.

La sympathicothérapie endo-nasale est, à l’image de l’acupuncture et de l’auriculothérapie, une technique ancestrale de réflexologie. Comme son nom le laisse supposer, la sympathicothérapie endo-nasale mobilise des points de pression à l’intérieur du nez. Et vient ainsi à bout des pathologies les plus récidivantes.

Qui sait que les fosses nasales sont des endroits du corps aussi profonds ? À l’époque de l’Égypte antique, les médecins des pharaons le savaient, eux, et y faisaient descendre de longs bâtonnets pour soigner divers maux. Les archéologues ont même retrouvé des bas-reliefs portant la maxime « Honore ta narine »

La porte de l’énergie

En médecine chinoise, on considère que le nez est la voie d’accès à l’énergie céleste. La puissance de ce canal central est également au cœur du yoga. En Inde, le prana, ou « énergie vitale » s’assimile au niveau des cornets nasaux, ces trois paires d’os situées dans les fosses nasales. Le pranayama est un exercice de respiration qui consiste à contrôler le passage de l’air d’une narine à l’autre, selon la circulation des nadis : ida, à gauche, et pingala, à droite. Tous deux descendent le long de la colonne vertébrale pour irriguer les différents organes en énergie vitale.

Vers 1900, les premiers « oto-rhyno » découvrent que certaines affections organiques et psychosomatiques peuvent être traitées par des cautérisations au niveau des cornets et de la muqueuse pituitaire, qui s’étend jusqu’aux confins des sinus. Rhinites, vertiges, maux de tête, acouphènes, sinusites… Les indications ORL de la sympathicothérapie endo-nasale, pratique aujourd’hui développée, sont nombreuses. Mais loin d’être les seules.

De l’anxiété aux addictions et aux troubles génitaux

Abondamment vascularisées, les fosses nasales représentent la connexion la plus directe au système neuro-végétatif, qui lui régule tous les grands appareils de l’organisme : cardio-vasculaire, digestif, uro-génital. Vulnérable au stress de la vie moderne, ce système trouve ici une ­méthode de régulation d’une grande précision. À l’aide de stylets à bouts arrondis, d’un toucher léger et d’une cartographie endo-nasale où le corps entier est représenté, le praticien va provoquer une réaction réflexogène de l’organe à traiter.

Après interrogatoire et observation du patient, la première démarche du thérapeute sera d’activer le point shen men, qui signifie « porte du ciel » en chinois. Située dans le cavum nasopharyngien, la zone possède une action anxiolytique et un effet rééquilibrant global du système nerveux. La sympathicothérapie endo-nasale aide ainsi à lutter contre les dysfonctionnements liés au stress : anxiété, insomnie, dépression, spasmophilie, addictions au tabac ou à l’alcool, mais aussi troubles digestifs ou génitaux.

Les atteintes inflammatoires ou infectieuses des sinus sont un motif fréquent de consultation, surtout au retour du printemps. Combinée à l’aromathérapie, la méthode consiste à laisser en place, durant cinq à vingt minutes, des écouvillons (petites brosses) surmontés d’un coton imbibé d’huiles essentielles de thym, eucalyptus, pin ou menthe, diluées dans une huile neutre. L’action réflexe va ouvrir les orifices de communication des sinus. Les propriétés antibactériennes, antivirales, mucolytiques et anti-inflammatoires de la préparation d’huiles essentielles seront ainsi mieux diffusées dans les canaux. Les réactions du patient ne se font pas attendre : éternuements et écoulements sont les signes d’une libération efficace des sinus encombrés. Celle que l’on appelle aussi la naso-sympathicothérapie permet de réduire la prise d’antihistaminiques ou de décongestionnants, limités à l’apaisement des symptômes des allergies nasales.

La stimulation électronique à la rescousse

Actualisée et enrichie depuis les années 1980 par Daniel Bobin, ostéopathe, heilpraktiker, auteur et formateur en sympathicothérapie, la méthode recourt aussi, désormais, à la réflexologie par stimulation électronique. L’émission de photons lumineux par l’intermédiaire d’une fibre optique stimule le potentiel vibratoire des terminaisons nerveuses et le pouvoir d’autoguérison du corps. Une lumière orange activera le système orthosympathique, tandis que l’indigo s’adressera directement au système parasympathique. Le choix de la longueur d’onde permet de ralentir ou de dynamiser le système à traiter.

Asthme et hypertension

Si la sympathicothérapie par lumière ­pulsée n’est pas adaptée au traitement des sinusites, elle donne néanmoins de bons résultats sur l’hypertension ou l’asthme. Sans douleur et complémentaire d’autres traitements alternatifs, la sympathicothérapie est rapidement efficace et nécessite un nombre restreint de séances. Elle peut être pratiquée par les praticiens de médecines naturelles (acupuncteurs, ostéopathes, auriculothérapeutes, chiropraticiens, homéopathes, phyto et aromathérapeutes ou iridologues). Environ 1 000 professionnels en France proposent cette technique.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique sympathicothérapie

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous