Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Toux, rhume, bronchites : pratiquez l’inhalation sèche

Article paru dans le journal nº 7 Acheter ce numéro
  • Toux, rhume, bronchites : pratiquez l’inhalation sèche

Face au retour du grand froid, de nombreux lecteurs nous interrogent sur la meilleure méthode pour se débarrasser, cet hiver, de leurs affections ORL par diffusion ou par inhalations. Nous avons trouvé l'appareil qui remplace, haut la main, la casserole d'eau et le torchon sur la tête.

Malgré son côté antique, l’inhalation reste un des moyens les plus simples de se débarrasser des affections ORL provoquées par le retour des grands froids.

Nous avons rassemblé ici toutes les méthodes qui permettent de soigner ce type d’affection par le seul fait de respirer. Il y en a trois : la diffusion (plutôt pour la prévention), l’inhalation humide (celle de ma grand-mère) et l’inhalation sèche. C’est cette dernière qui nous semble la plus efficace. Cela se pratique avec un appareil mis au point en 1958 par le Dr. Dobbelstein qui le présenta au Congrès de Thérapie de Karlsruhe. Et c’est aujourd’hui un tout petit fabricant français qui produit cet appareil, presque indispensable dans la panoplie familiale.

Diffusion

Pour obtenir une diffusion adéquate, laissez fonctionner le diffuseur une dizaine de minutes, trois fois par jour. Pour les voies respiratoires, nous vous conseillons d’utiliser les huiles essentielles suivantes :

  • lavandin,
  • Eucalyptus radiata,
  • romarin cinéole, s
  • apin de Sibérie,
  • pin sylvestre,
  • santal et
  • origan.

Ces huiles peuvent être employées séparément ou en mélange. La diffusion s’utilise plutôt en traitement de prévention ou en traitement de fond plutôt qu’en traitement d’attaque.

Pulvérisation

On peut employer une solution nasale à base d’argent colloïdal : le Rhinargion. Sans colorant, ni conservateur, sans alcool, sans gaz propulseur, ce traitement est vendu en pharmacie (Laboratoire Granions).

Inhalations

Vous pouvez procéder comme le faisaient nos grands-mères en versant une dizaine de gouttes d’HE dans une casserole d’eau bouillante au-dessus de laquelle vous vous placez, la tête recouverte d’un linge.

L’inhalation humide a toutefois pour principal défaut d’employer la vapeur d’eau pour faire pénétrer les principes actifs des huiles essentielles au cœur des muqueuses déjà gorgées d’eau, ce qui, bien évidemment, réduit sensiblement son efficacité.

L’inhalation sèche est autrement plus efficace, car elle permet une décongestion rapide des muqueuses qui absorbent alors plus facilement les huiles essentielles diffusées. Nous rappelons à nos lecteurs l’existence d’un inhalateur « sec » dont nous avons déjà parlé dans notre revue : le Climamaske.

Cet appareil ...

Image description

Il vous reste encore 50% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 7, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois
Pour accéder directement à une sélection de thérapeutes dans les plus grandes villes, cliquez sur les liens ci-dessous :
Sur le même sujet
Tags sur la même thématique Rhume homéopathie inhalation rhume toux
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Publicité pour Annuaire Thérapeutes