Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Colorant E171, nom de code meurtrier

Article paru dans le journal nº 57 Acheter ce numéro
  • Ces nanoparticules sont présentes dans certains dentifrices, bonbons, biscuits, chewing-gums...Ces nanoparticules sont présentes dans certains dentifrices, bonbons, biscuits, chewing-gums...

Voilà maintenant presque dix ans que l’on connaît la toxicité du dioxyde de titane, colorant omniprésent. On aurait pu penser que c’est seulement lorsqu’il est inhalé qu’il est cancérigène. Non ! Il est toxique et dangereux quel que soit son mode d’utilisation. Et c’est par ailleurs un produit inutile, car il ne sert que de colorant ; et malheureusement, on le retrouve maintenant, chose encore plus terrifiante, sous la forme de nanoparticules dans nos assiettes et dans nos médicaments, ainsi que dans les colorants de certaines gélules de compléments alimentaires. E171, retenez bien ce code. Il s’agit d’un minerai très dur qui peut pénétrer la cellule et y rester tout en l’oxydant, d’où son caractère cancérogène. Les publications les plus récentes le concernant font froid dans le dos. Associé aux aliments sucrés, il va perturber leur absorption, favoriser des lésions hépatiques qui perturbent le métabolisme des sucres et augmentent le risque de diabète et de dépôts graisseux. Mis en contact avec le cuir chevelu, il est la cause de lésions irréversibles et notamment d’une pathologie de plus en plus fréquente qui se traduit par une fibrose du cuir chevelu avec perte des cheveux. Ce sont ces mêmes nanoparticules de dioxyde de titane qui s’attaquent aux fonctions de l’aorte.

L’an dernier déjà, une étude de l’Inra avait montré que des animaux qui absorbent les nanoparticules de dioxyde de titane voient le risque de présenter un cancer augmenter de 40 %. Mais depuis le début de l’année, les publications alarmantes se multiplient. On évoque des problèmes neurologiques, puisque ces nanoparticules peuvent pénétrer le cerveau. Des troubles de l’immunité, et ce qui est plus grave, des perturbations du placenta qui pourront peut-être expliquer certaines fausses couches.

Ces nanoparticules sont présentes dans certains dentifrices, bonbons, biscuits, chewing-gums, dans la blanquette de veau, etc. La multiplication des produits contenant cette forme de dioxyde de titane entraîne un effet cumulatif. Et c’est alors qu’il devient sous sa forme nanoparticulaire un véritable poison environnemental. Qu’attendent donc les pouvoirs publics pour l’interdire ? Que les scientifiques publient des milliers et des milliers de pages dans la littérature scientifique ? Pas même… Malheureusement, il y a toujours un décalage entre la mise sur le marché trop hâtive de certains produits, et la prise en compte des risques qu’ils peuvent faire courir à l’être humain.

En attendant, mieux vaut prévenir et lire les étiquettes des crèmes et des aliments que vous absorbez.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous