Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Endométriose : et si vous optiez pour des techniques électriques

Article paru dans le journal nº 99 Acheter ce numéro
  • L’électrothérapie est une technologie largement éprouvée dans les centres antidouleurs.L’électrothérapie est une technologie largement éprouvée dans les centres antidouleurs.

Mesdames, si vous faites partie des 50 à 80 % des femmes dont les règles sont douloureuses, voire des 10 % qui souffrent de douleurs pelviennes et d’endométriose, des sociétés ont développé un dispositif non médicamenteux et sans effets secondaires notoires, qui pourrait véritablement vous soulager. À tel titre qu’il pourrait vous dispenser de la prise d’antalgiques.

Le secret est ici l’utilisation de la TENS, ou, en français, la "neurostimulation électrique transcutanée ". Il s’agit de s’appuyer sur l’électrothérapie, technologie largement éprouvée dans les centres antidouleurs mais également par Urgo qui l’utilise déjà pour soulager les douleurs lombaires, avec ses ceintures, ou musculo-articulaires avec ses patchs. Le mode d’action est fondé sur l’emploi d’un courant électrique d’une intensité adaptée à chaque type de symptôme. Le courant est transmis par des électrodes qui, placées sur la peau, vont créer une excitation électrique des nerfs.

Lire aussi Douleurs de l’endométriose : les oligoéléments à la rescousse

L’atténuation de la douleur est obtenue par deux actions distinctes. L’une, immédiate, consiste à "court-circuiter " la transmission de la douleur vers la moelle épinière (ce que l’on appelle l’effet "porte " ou "portillon " ou encore gate control), et l’autre, dite durable, que l’on peut aussi qualifier d’hormonale puisqu’elle conduit à une augmentation de la sécrétion d’endorphines, les hormones antidouleur. Pour les patchs Urgo, trois programmes sont à disposition. Les deuxième et troisième sont destinés aux douleurs intenses nécessitant un soulagement rapide par stimulation à haute fréquence (respectivement 100 Hz et 85 Hz pour cibler et exciter directement le nerf sensitif et bloquer la transmission de la douleur, effet " porte "). Pour les femmes qui souffrent de douleurs pelviennes chroniques, c’est le deuxième qui sera le plus adapté. Le premier programme, lui, qui alterne les fréquences (60 Hz, 80 Hz et 100 Hz) en mode continu et discontinu, est celui qui active aussi bien l’effet " porte " et la production d’endorphine.

Il est conseillé aux femmes estimant que leur douleur n’est pas trop intense et qui cherchent un soulagement plus durable. L’intensité de chaque programme peut être réglée sur une échelle de 1 à 15 pour un maximum de confort et d’efficacité. Cette dernière est obtenue en augmentant l’intensité jusqu’à ce que la sensation de stimulation soit intense sans être douloureuse. Après avoir placé les patchs sur les zones à problème (abdominales ou lombaires), la séance dure 30 minutes. Le nombre de séances dépend de chaque femme mais elles doivent être espacées d’au minimum trente minutes (pour laisser reposer la peau).

Les contre-indications concernent évidemment les femmes enceintes (qui ne sont plus sujettes aux ménorrhées), les porteuses de dispositifs médicaux implantés (pacemaker, pompe à insuline, lecteur de glycémie, défibrillateur), et celles dont la peau est fragilisée (plaie postopératoire, cicatrice récente, présence d’agrafes, etc.).

Lire aussi Une approche naturelle de l’endométriose

Lire aussi Douleurs de l’endométriose : les oligoéléments à la rescousse

 

 

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous