Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

La candidose chronique, son traitement naturel

Article paru dans le journal nº 53 Acheter ce numéro
  • Les symptômes s’expriment au niveau digestif : pyrosis, sensation d’être rassasié dès les premières bouchées, ballonnements, flatulences, diarrhées, constipation ou alternance du rythme des selles.Les symptômes s’expriment au niveau digestif : pyrosis, sensation d’être rassasié dès les premières bouchées, ballonnements, flatulences, diarrhées, constipation ou alternance du rythme des selles.

Nous avons évoqué la candidose le mois dernier dans notre rubrique Traitement. Devant le nombre des réactions, et parce qu’il nous semble utile d’approfondir le sujet, nous vous proposons les analyses et conseils du Dr Georges Van Snick sur le plan des traitements naturels de cette pathologie.

L’intestin est habité par une flore nombreuse et variée à laquelle se mélangent certains champignons microscopiques comme le ­Candida albicans. Quand surviennent certains déséquilibres de la flore, cette mycose se développe de façon excessive et engendre divers symptômes ; l’ensemble de ces symptômes constituent le syndrome de candidose chronique. C’est le déséquilibre entre la flore mycosique et la flore microbienne qui est ici en cause.

Les causes déclenchantes sont l’usage répétitif d’antibiotiques qui détruisent la flore intestinale microbienne, la prise de certains médicaments (corticoïdes, pilule contraceptive, chimiothérapie anti-cancéreuse) ou une alimentation trop riche en sucres. Il est probable qu’avec le développement des antibiotiques, tant dans les gouttes nasales que dans la nourriture (viande), un tiers de la population principalement féminine soit touché.

Symptômes de la candidose

Les symptômes sont variés. La plupart du temps, ils s’expriment au niveau digestif : pyrosis, sensation d’être rassasié dès les premières bouchées, ballonnements, flatulences, diarrhées, constipation ou alternance du rythme des selles sont des phénomènes fréquents, tout comme le prurit anal. La fatigue chronique inexplicable domine le tableau sans résultats sanguins pathologiques.

Cette fatigue peut entraîner des troubles de l’humeur (irritabilité), voire une dépression. À cette fatigue peuvent s’ajouter des troubles nerveux : difficultés de concentration, irritabilité ou agitation, anxiété, insomnies. Des troubles allergiques peuvent apparaître au contact de certains aliments, cosmétiques, parfums, produits de nettoyage, odeurs de peinture ou d’essence, mais aussi en cas d’exposition à la fumée de cigarette ou au soleil. On relève fréquemment des variations de poids en plus ou en moins malgré un régime alimentaire stable.

Diagnostic

Il n’y a malheureusement pas de test diagnostique de la candidose chronique. La recherche du champignon dans les selles (coproculture) peut apporter une confirmation, mais cette recherche peut rester négative (faux négatifs). Le diagnostic est donc essentiellement fondé sur la clinique. Il est possible de faire des recherches d’anticorps pour le Candida dans le sang, dans les sécrétions vaginales et de tenter un repérage direct du Candida dans les selles.

Une intradermoréaction, le test « Stallerpoint » donne des résultats inconstants. Finalement, la recherche diagnostique la plus fiable est un questionnaire d’évaluation. Mis au point par le Dr Philippe-Gaston Besson, il permet d’affiner les présomptions et est très utile pour découvrir si un sujet est susceptible d’être porteur d’une candidose chronique.

Régime

Il faut éviter les sucres et tous les produits qui en contiennent. Le sucre est l’aliment de base du Candida. Il n’existe pas de bons sucres : le miel (même bio), le sucre de canne brun (« naturel ») et le sirop d’érable sont tout aussi toxiques dans les candidoses chroniques. Beaucoup de fruits trop sucrés devront aussi être évités.

Les levures et ferments sont également à bannir : éviter tous les aliments contenant de la levure, des moisissures, ou des ferments, comme les pizzas, gâteaux et pâtisseries, tous les fromages fermentés, les champignons crus, toutes les boissons fermentées (bière, cidre…), la sauce soja, le tamari, certains yaourts, etc.

Le lait de vache et les produits laitiers : fromage, crème, beurre, yaourt, lait, lactose, pâtisseries, gâteaux, produits en boîtes et précuisinés sont déconseillés.

Le fromage et le lait de chèvre ou de brebis bio, et surtout le lait de jument peuvent être tolérés.

Traitement naturel

Quelques plantes sont utiles dans la lutte difficile contre ces candidoses induites notamment par une alimentation industrielle et trop raffinée. Nous allons détailler les actions et intérêts de ces plantes et oligoaliments, réunis en synergie dans un complexe et complément alimentaire, le complexe Albilow :

Cinnamomum zeylanicum. La cannelle contient principalement des phénylpropanes cinnamaldéhyde et de l’eugénol, des aldéhydes, des phénols. C’est l’écorce qui est utilisée. L’écorce de la cannelle provenant de Sri Lanka contient jusqu’à 4 % d’huile essentielle, et jusqu’à 75 % de cinnamaldéhyde. Le cinnamaldéhyde est efficace entre autres contre les staphylocoques, Pseudomonas, Bacillus, germes Escherichia, mycobactéries, Proteus, streptocoques et plusieurs moisissures. Aucune réaction anormale n’est notée si l’on respecte la posologie recommandée.

Zinc. Outre ses nombreuses propriétés, il est choisi ici pour sa capacité à stimuler le système immunitaire et donc favoriser le combat contre le Candida albicans.

Allium sativum. L’ail s’est révélé être un puissant antifongique contre de grandes variétés de champignons. C’est un puissant antiseptique, très efficace pour tuer les parasites. L’ail est particulièrement efficace contre le Candida albicans grâce à ses composants : disulfure de diallyle, allicine, alliine, alliinase, inuline, vitamines A, B, C, E et composés soufrés.

Thymus vulgaris. Des études préliminaires démontrent que le thym, plus connu pour son action antimicrobienne et antivirale, a une activité contre le Candida du fait de sa richesse en thymol.

Echinacea purpurea. Des études ont démontré que l’échinacée, outre son activité de stimulation immunitaire, a une activité antifongique qui serait due à ses composés polyacétyléniques.

Ce complexe s’associera efficacement avec les produits naturels suivants :

  • Pépins de pamplemousse. L’extrait de pépins de pamplemousse a une efficacité démontrée sur un grand nombre de micro-organismes, bactéries, et surtout sur les champignons et les levures. Les antibiotiques conventionnels ne tuent que les bactéries. Il apparaît que l’extrait de pépins de pamplemousse n’affecte aucunement la flore bactérienne saine de l’intestin et respecte en particulier les bifidobactéries et les lactobacilles. On ne relève pas d’effet secondaire ou toxique aux doses prescrites. L’efficacité de l’extrait de pépins de pamplemousse se manifeste également sur le plan immunitaire grâce aux biflavonoïdes qui le composent, aux glucosides (narginine), à la quercétine et à l’hespéridine.
  • La Chlorella est réputée pour sa capacité à combattre les germes et les levures.
  • Les ferments lactiques. La prise de probiotiques est indispensable pour rétablir l’équilibre intestinal ; par exemple, les Lactobacillus acidophilus inhibent la croissance du Candida dans les intestins.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous