Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Effets secondaires du Propecia et réponses naturelles contre l’alopécie.

Article paru dans le journal nº 51 Acheter ce numéro
  • Effets secondaires du Propecia et réponses naturelles contre l’alopécie.

Après plusieurs signaux d’alerte venus des États-Unis depuis 2012, l’agence du médicament française s'est saisie il y a peu de la question pour alerter sur les dangers du médicament Propecia, la « pilule miracle » contre la calvitie utilisée par Donald Trump parmi tant d’autres. En plus de pouvoir générer des troubles durables de l’érection, ce médicament altérerait notre fonctionnement cérébral et pourrait causer des dépressions sévères d’après une étude récente. Or, une approche par la nutrition et les remèdes naturels peuvent aider à garder sa chevelure sans perdre ni sa tête ni ses érections.

En 2012, des patients américains lancent une action juridique contre les laboratoires Merck et se crée une fondation pour développer les recherches autour d’un nouveau syndrome : le PFS, ou Post Finasteride Syndrome. Le finastéride, c’est le principe actif du Propecia, un médicament commercialisé depuis 1999 et prescrit à quelque 30 000 patients en France. L’Agence nationale du médicament (ANSM) a lancé pour la première fois il y a quelques jours une alerte liée au finastéride. Utilisé couramment pour traiter l’hypertrophie bénigne de la prostate chez les séniors, son usage a également été détourné pour être utilisé, avec des doses plus réduites, pour freiner l’alopécie dite « androgénique ».

Une répousse de cheveux mais des troubles de l’érection parfois durables

Que le médicament soit utilisé également contre l’alopécie s’explique par son mode d’action. En effet, la perte de cheveux comme l’augmentation du volume de la prostate sont tous deux liés à la chaîne de transformation des androgènesdans notre organisme, sur laquelle le finastéride intervient en bloquant une enzyme particulière (la 5-alpha réductase).

Assez rapidement après sa commercialisation, des patients ont commencé à se plaindre de troubles érectiles, ce qui n’a rien d’étonnant lorsqu’on commence à interférer avec la cascade hormonale : et puis après tout, ça ne concernait qu’1% des utilisateurs. Ce qu’on ne savait pas, et vient d’être confirmée par une étude sur plus de 4000 hommes traités en mars dernier, c’est que ces troubles de l’érection pouvaient être persistants. Pour plus d’1% des hommes ayant pris le médicament pour plus de 206 jours à des doses réduites, ces troubles de l’érection ont duré en moyenne 4,2 ans après l’arrêt du traitement. Ce risque augmente avec la durée de traitement et est associé à moins de désir, de satisfaction sexuelle et des problèmes d’éjaculation.

Le Propecia augmente le risque de dépression.

Une autre étude, effectuée au Canada sur 93 000 hommes et publiée en mai, montre un risque accru significatif de changements d’humeur, de dépression sévère et d’idées suicidaires pour les utilisateurs, en particulier dans les 18 premiers mois d’utilisation.

Il semble que la molécule, en plus de modifier considérablement l’équilibre des différentes hormones dans le plasma (pregnenolone, progestérone, dihydrotestosterone, 17bêta-estradiol, testostérone, 5alpha-androstane-3alpha, 17beta-diol…), avait des impacts sur l’activité cérébrale. En particulier, les chercheurs observent un décalage entre une surstimulation dans les circuits neuronaux de l’excitation sexuelle mais une moindre stimulation dans les circuits cognitifs et liés à la motivation. Ce décalage pourrait expliquer à la fois les problèmes sexuels rencontrés par certains des utilisateurs et leur propension à la dépression.

Les effets indésirables du médicament, que Donald Trump utilise de longue date pour cultiver sa chevelure léonine, pourraient-ils expliquer ses sautes d’humeur, son comportement erratique, ses difficultés de concentration ou son rapport pour le moins compliqué à la gent féminine ? Une réponse éclairée à cette question ne pourrait venir, c’est évident, que d’un neurologue ou d’un psychiatre.

Traitements naturels de la calvitie.

Au vu du résultat de ces études, il convient néanmoins de se poser une question : maintenir une certaine densité capillaire pour répondre aux attentes sociales vaut-il de s’exposer à de tels risques ? La réponse est : probablement pas.

Les médecines naturelles proposent des solutions pour stopper la chute de cheveux. Contre l'alopécie androgénétique, l’utilisation locale (sous forme de décoctions ou de teinture mère) de certaines plantes bloque la transformation de la testostérone en DHT, ce métabolite venant se fixer sur les récepteurs des follicules pileux et cause principale de l'alopécie. Mais, plutôt que de détourner le Propecia pour cet usage, autant aller au jardin et utiliser des plantes ayant le même effet sans les inconvénients comme l’ortie (Urtica dioica) ou le thé (Camelia sinensis).

Pour le thé vert, il vous suffit d’utiliser vos fonds de théière en eau de rinçage après le shampoing. Pour l’ortie, faites-en un vinaigre qui se révélera antichute, assainissant, antipelliculaire, donnant brillant et tonus. Faites bouillir durant 20 mn à feu très doux 100 g de feuilles d'orties avec 0,5 litre de vinaigre de cidre et 0,5l d'eau. Pour un effet synergique, vous pouvez associer feuilles et racines d’ortie dans la décoction. Filtrez et utilisez en frictions régulières ou en eau de rinçage.

Pour l’alopécie spécifiquement féminine, il est important en premier lieu de voir si elle n’est pas en lien avec des déséquilibres hormonaux, pour ensuite combler vos carences éventuelles en nutriments, ce réglage étant nécessaire pour les deux sexes.

Vous pouvez également utiliser cette recette de lotion tonique antichute à utiliser chaque soir, à raison de 3 ou 4 pressions de vaporisateur.

Dans un vaporisateur vide, mélanger :

  • Alcoolature de sabal (Serenoa repens) 30%
  • Alcoolature de scutellaire (Scutellaria lateriflora ou, à défaut, Scutellaria galericulata) 30%
  • Alcoolature de capucine (Tropaeolum majus) 30%
  • HECT Romarin à cinéole 2,5%
  • HECT Bay Saint Thomas 2,5%
  • HECT Cèdre de l’Atlas 2,5%
  • HECT Ciste ladanifère 2,5%

Bien secouer la bouteille avant pulvérisation et masser ensuite trois minutes le cuir chevelu. Les résultats ne se feront vraiment sentir après deux à trois mois d’utilisation régulière. Vous trouverez également dans cet article des réponses à base d’huiles essentielles pour les différents problèmes de cheveux que vous pouvez rencontrer.

Enfin, retrouvez dans cet article sur l'hypertrophie de la prostate tous les conseils du Dr Luc Bodin pour la surveiller et accompagner ces problèmes avec discernement.

 

Références :

Neuroactive steroid levels and psychiatric and andrological features in post-finasteride patients, 2017

- Persistent erectile dysfunction in men exposed to the 5α-reductase inhibitors, finasteride, or dutasteride, 2017

- Association of Suicidality and Depression With 5α-Reductase Inhibitors, 2017

Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien des médecines alternatives. Vous pourrez en trouver un près de chez vous et prendre rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com
Tags sur la même thématique alopécie prostate Propécia alopécie
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Publicité pour Annuaire Thérapeutes