Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Le dioxyde de titane qui cache la forêt : quels additifs alimentaires encore autorisés sont-ils dangereux pour la santé ?

Article paru dans le journal nº 76 Acheter ce numéro
  • Des centaines d'additifs (pas toujours inofensifs) sont autorisés dans l'U.E. Des centaines d'additifs (pas toujours inofensifs) sont autorisés dans l'U.E.

Après le retrait bruyant et tardif du dioxyde de titane des rayons (alimentaires) de nos supermarchés, du fait de ses risques pour la santé, de quels additifs alimentaires doit-on encore se méfier ?

Naturels ou synthétiques, les additifs alimentaires (colorants, conservateurs, antioxydants, agents texturants, édulcorants, exhausteurs de goût, etc.) sont employés pour modifier les qualités organoleptiques d’un produit : son arôme, son goût, sa couleur ou sa texture. Dans le cas des aliments ultra-transformés, ils servent surtout d’agents cosmétiques, afin d’exacerber, de masquer, d’imiter ou de restaurer des qualités sensorielles perdues au cours de l’ultra-transformation (fractionnement – ou cracking –, fabrication, transformation, traitement, conditionnement, transport, entreposage). « La plupart sont inutiles, et servent à compenser un manque de qualité intrinsèque du produit », explique Christophe Brusset, auteur de Vous êtes fous d’avaler ça ! (éd. Flammarion document).

Philippe Chavanne, auteur de Additifs alimentaires (éd. Mozaïque santé) va dans le même sens : « Il s’agit de mieux connaître les additifs alimentaires pour éviter leur toxicité . » Il ajoute qu’ils servent « à camoufler la médiocrité des ingrédients et préparations industriels low cost, et à tromper le consommateur sur la qualité réelle des produits » .

À force d’initiatives et d’alertes médiatisées, d’applications d’informations nutritionnelles mettant l’accent sur la dangerosité potentielle des additifs alimentaires, entraînant doucement, mais sûrement un réel changement des mentalités, certaines substances finissent par être retirées du marché. Prenons l’exemple du dioxyde de titane (E171).

Après une longue et tumultueuse trajectoire, entre dénégations, incertitudes dans l’expertise, lobbying des industriels et atermoiements des autorités, le désormais célèbre E171 est interdit depuis le 1 er janvier 2020, dans le seul domaine alimentaire : les médicaments, compléments alimentaires et produits d’hygiène tels que les dentifrices ou les crèmes solaires ne sont pas concernés par cette interdiction. Ce colorant blanc ou révélateur de couleurs, enrobant et opacifiant, associant « micro- et nanoparticules » (dont la nocivité n’a jamais été testée), serait capable de franchir les barrières physiologiques, d’accéder à certains organes comme le foie, de s’y accumuler, puis de s’infiltrer jusque dans le sang. En passant, cette exposition induirait des micro-inflammations, à l’origine de perturbations au niveau de la flore intestinale, donc des réponses immunitaires. Cet additif jouerait aussi un rôle dans la formation de lésions précoces de cancer colorectal. Mais si le dioxyde de titane, E171 ou encore tiO2, est désormais interdit dans l’alimentation, quels autres additifs au potentiel délétère ingérons-nous en toute sécurité ?

Image description

Il vous reste encore 80% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 76, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique Additifs additifs E171 additif E171
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous