Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

La fissure anale : il faut bien en parler quand même

Article paru dans le journal nº 27 Acheter ce numéro
  • La fissure anale : il faut bien en parler quand mêmeLa fissure anale : il faut bien en parler quand même

La fissure anale est une affection très douloureuse - et mal placée - qui concerne beaucoup de Français. La médecine officielle propose peu de solution sinon la chirurgie. On détecte la fissure essentiellement à l’apparition de douleur lors de la défécation et reprenant plus tard après un intervalle variable. La douleur est surtout le fait des fissures jeunes ou surinfectées. Il existe toujours une constipation associée à la crise et souvent déclenchante. Sa correction est l'essentiel du traitement de fond.

Article mis à jour le 04/10/2022

Affection bénigne, mais source d'importants désagréments dans la vie quotidienne, la fissure anale est caractérisée des des douleurs et sensations de brulure lors de la défécation. Localisée le plus souvent sur la partie arrière de l'anus, elle est souvent causée par plusieurs facteurs (constipation chronique, mauvaise vascularisation, contractions trop fortes lors de l'émission des selles).

Avant toute chose, quatre conseils

Pour prévenir les risques de fissure ou leur aggravation :

  • Eviter la constipation
  • Privilégier l'absorption de fibres
  • Consommer des acides gras polyinsaturés (par exemple via les huiles de bourrache, onagre, périlla).
  • L'alimentation sera celle préconisée aux porteurs d'hémorroïdes : éviter graisses, alcools, piment. Une alimentation qui se rapproche des végétariens.

L'approche homéopathique

  • Ratanhia 6 X   Paenia  6 X (1 flacon de 60 ml)  20 gouttes midi et soir avant le repas
  • Pommade Ratanhia, en application locale sur la fissure.
  • Calcarea fluorica en traitement de fond en 9 CH, 5 granules 3 fois par semaine
  • Nitricum acidum 7 CH, 5 granules 2 fois par jour pour fissures anales avec douleurs  pendant la selle, qui persistent longtemps après.

En phyto, l'aloes... entre autres

  • Aloès (Aloe vera).

Astringent, le gel d'aloès contribue à cicatriser les plaies. Aussi on peut l'appliquer localement sur la région anale. Par voie interne, le jus d'aloès est laxatif. La médecine ayurvédique de l'Inde suggère de boire de petites quantités de jus d'aloe vera (on le trouve aussi en gel à boire), trois fois par jour, jusqu'à disparition des hémorroïdes et des fissures anales. La plupart des magasins diététiques vendent du jus d'aloès. L'aloès permet en effet d'amollir les selles chez les sujets atteints d'hémorroïdes ou de fissures annales.

En externe, on peut également appliquer sur une hémorroïde ou une fissure le gel frais d'aloe qui soulagera et aidera à la cicatrisation.

Lire aussi L’aloe vera soulage le syndrome du côlon irritable

  • Hydrocotyle (Centella asiatica)

L'hydrocotyle contient de l'asiaticoside, une substance complexe qui stimule le développement des tissus conjonctifs indispensables à la cicatrisation des blessures. Dans le cadre d'essais cliniques, des applications externes d'extrait d'hydrocotyle ont fait la preuve de leur efficacité dans le traitement des plaies, des greffes de peau, des incisions chirurgicales et même de la gangrène.

On peut acheter la centella asiatica sous forme d'huile végétale mais il existe aussi en pharmacie une pommade à base de Centella, le Madecassol qui stimule la bio synthèse de collagène.

Privilégier les plantes riches en pectine (fibres) et le mucilage qui apaisent les intestins inflammatoires.

Une formule d'huiles essentielles

Acheter un flacon de 5 ou 10 ml pour chaque H.E.

  • H.E. Ciste ladanifère 2 gouttes
  • H.E. Myrrhe 2 gouttes
  • H.E. Géranium rosat CV Egypte 2 goutte
  • H.E Hélichryse italienne 2 gouttes
  • H.V. Germe de blé 8 gouttes
  • H.V de Calophylle inophylle 8 gouttes

Mettre 3 gouttes du mélange en application locale sur la fissure 2 à 3 fois par jour pendant 3 semaines

Boire 1/2 cuillerée à café 2 fois par jour d'Hydrolat (eau florale) d'Hélichryse italienne.

Attention, toute fissure atypique peut faire suspecter :

  • une maladie de Crohn (dans ce cas il peut y avoir également une fistule anale, ce qui n'est pas la même chose)
  • une ulcération vénérienne : chancre, ulcération herpétique, mycoplasme
  • un cancer anal à forme fissuraire
  • des ulcérations multiples sur eczéma, psoriasis, par lésions de grattage.

En cas de persistance ou recidive de la fissure, de localisation atypique de la lesion (sur le côte) ou en général en cas de doute, consultez un médecin, idéalement un proctologue.

 

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique fissure anale

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous