Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Sommeil, le devin de notre santé

Article 100% numérique
  • Il existerait des corrélations entre la qualité du sommeil et les pathologies développées sur la décennie.Il existerait des corrélations entre la qualité du sommeil et les pathologies développées sur la décennie.

Analyser les ondes cérébrales lors du sommeil pourrait permettre de détecter puis prévenir une dizaine de problèmes de santé selon une récente étude américano-israélienne.

En moyenne, au cours d’une vie, nous dormons 25 à 27 ans. Ce temps est bien sûr essentiel pour notre santé. Il permet à notre organisme, et singulièrement à notre cerveau, de se régénérer en leur donnant l’opportunité de se débarrasser des déchets et toxines accumulés au quotidien. La recherche scientifique met ainsi ponctuellement en évidence les risques d’une dette de sommeil chronique avec des conséquences à long terme telles que les risques accrus d’intolérance au glucose, de diabète, de surpoids ou de problèmes cardiovasculaires. Si ménager son sommeil apparaît donc comme un atout de santé certain, il semblerait également que le sommeil recèle les secrets de nos pathologies futures, selon une récente étude américano-israélienne.

Lire aussi « La sieste, ça ne s’improvise pas » - entretien avec Brice Faraut

En effet, selon l’équipe de recherche dirigée par le Dr. M. Brandon Westover, du centre McCance pour la santé cérébrale dans le Massachusett (États-Unis), la richesse des données relatives aux ondes cérébrales recueillies lors du sommeil nocturne pourrait permettre de prédire l’apparition probable de onze problèmes de santé, dont la démence sénile, les accidents cardiovasculaires, certains troubles psychologiques et la mortalité. Pour arriver à ces résultats, l’équipe a suivi pendant dix ans les paramètres de santé de plus de 8 000 personnes (moyenne d’âge 50 ans) ayant consulté dans un centre du sommeil et subi un encéphalogramme.

Lire aussi Favoriser un sommeil de qualité

L’étude s’est notamment penchée sur les corrélations entre la qualité du sommeil et les pathologies développées sur la décennie afin de construire un modèle statistique prédictif des risques de santé. Les conclusions les plus saillantes de leur étude sont qu’un sommeil décrit comme « médiocre à moyen » était corrélé à un risque relatif quatre fois plus élevé de troubles cognitifs légers, six fois plus élevé de démence, et 5 à 6 fois plus élevé de mortalité sur dix ans. Cette nouvelle étude alerte une fois de plus sur l’importance de prêter attention aux rythmes du corps, piliers d’une démarche préventive pour notre santé.

Résultats présentés à la conférence SLEEP 2022 https://www.sleepmeeting.org

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous