Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Psychonomie : l’art de réinformer le corps

Article paru dans le journal nº 74 Acheter ce numéro
  • Si le corps fonctionne, c'est qu'il y a un programme pour le faire fonctionner.Si le corps fonctionne, c'est qu'il y a un programme pour le faire fonctionner.

La psychonomie redonnerait de l’information aux cellules, organes et tissus qui l’auraient perdue, laissant ainsi apparaître une pathologie physique ou psychique. Selon cette méthode de palpation douce, les troubles de santé sont le fruit d’une perte du message initial, véritable fil directeur de l’organe qui régit son fonctionnement. Redonner de l’information peut, dans cette optique, aider à retrouver une activité optimale de l’organisme.

Crée il y a trente ans par un homme hors du commun, Claude-Yves Pelsy, la psychonomie est une discipline de santé qui a de l’avenir devant elle. Insatisfait par ses formations d’ostéopathie, de microkinésithérapie, d’homéopathie, de praticien en MTC (médecine traditionnelle chinoise), et de Heilpraktiker en Allemagne, Claude-Yves Pelsy s’est mis à approfondir ses recherches jusqu’à élaborer lui-même la psychonomie.

Pour y parvenir, il est parti d’une constatation simple : si le corps fonctionne, c’est qu’il y a un programme pour le faire fonctionner. Les premières cellules de l’embryon suivent un logiciel de développement pour finalement former un corps complexe avec des tissus et des organes différents. Il y aurait donc un « programme source », pour un fonctionnement concret. Le fonctionnement concret et les organes sont maintenant très bien connus de la médecine.

La perte d’information génère les pathologies

Mais la science sait uniquement décrire la fonction, mais qui n’est pas le fonctionnement, il y a deux notions bien différentes. La fonction correspond à des « informations programme », le savoir-faire de l’organe, l’intelligence du vivant. Mais si c’est de l’information, alors quel est le lien entre la fonction abstraite et l’organe concret et son fonctionnement, entre l’information et la matière ? Cette question permet de comprendre pourquoi les pathologies et les dysfonctionnements apparaissent lorsque la cellule, les tissus, les organes ont "perdu de l’information" de leur bon fonctionnement à l'occasion de lésions traumatiques liées à des accidents, des chutes ou de chocs émotionnels. L’information « santé » s’altère, s’amenuise et les dysfonctionnements physiologiques apparaissent alors.

Le programme initial ne disparaît jamais

Mais, bonne nouvelle, le programme initial de fonctionnement ne peut pas s’effacer dans son optique. L’information est cumulative et croissante, elle ne peut pas disparaître. Le programme de base est toujours là. Si l’organe ne le reçoit plus, c’est que la jonction entre l’information et la matière n’existe tout simplement plus. Le secret alors, c’est de redonner de l’énergie à l’information.

En cas de troubles de santé, l’information et l’énergie ne sont plus en cohérence. Le travail de la psychonomie va consister à remettre en cohérence l’onde d’information avec l’onde de l’énergie pour que l’organe retrouve son savoir-faire. La guérison n’est pas le fait des hommes, selon le thérapeute et ses élèves. Ils ne prétendent jamais soigner. C’est l’information que nous portons en nous qui est restaurée.

Lire aussi Le reiki : réharmoniser ses énergies

Des pressions légères à des endroits précis

L’entretien débute par un récapitulatif des problèmes de santé vécus dans le passé (accidents, opérations, chocs émotionnels) et de l’état de santé général. La séance se déroule habillé sur une table de soins, d’abord allongé sur le dos. Le praticien se place à vos côtés et débute en parcourant l’ensemble du corps avec les mains, mais juste à des points très précis, qui vont le renseigner sur votre état à plusieurs niveaux : structurel, ­organique, émotionnel, psychique… Les mouvements enchaînés sont doux, précis, rapides, cohérents. Le praticien de ­psychonomie sait où aller pour trouver l’information qui est parfois inscrite depuis la petite enfance ou qui provient même d’un héritage ­transgénérationnel. En psychonomie, il y a l’idée qu’il y a plusieurs types de dysfonctionnement qui vont toucher tel ou tel organe, générer tel ou tel désordre émotionnel ou fonctionnel, comme le terrain en homéopathie. Une sorte de configuration psychique et physique profonde. Le praticien doit d’abord déterminer quelles sont les sources de vos faiblesses, les endroits où l’information s’est perdue.

Puis, dans la foulée, il continue à poser ses mains à des endroits précis avec une pression très légère. Même chose sur le dos ensuite, on sent juste des mains qui se promènent de la tête aux pieds, c’est tout. Pour ceux qui sont habitués aux massages, pressions, palpations, étirement, mise en tension d’articulations, micromouvements, c’est étonnant. Rien de tout ça en psychonomie. Juste des ­petites pressions ici où là.

Claude–Yves Pelsy précise que le ­praticien n’est pas là pour manipuler, mais pour "réinformer", redonner de l’information là où il en manque. Pour se faire, pas besoin de techniques intrusives et appuyées, le savoir-faire du psychonome suffit. A priori, il n’y a besoin que d’une séance, deux au maximum, pour retrouver un état ­fonctionnel optimal de l’organisme.

 

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique thérapie corporelle Energie

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous