Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

La phagothérapie : alternative, oui ou non ?

Article paru dans le journal nº 33 Acheter ce numéro

Alors qu'il ne reste qu’une classe de molécule d’antibiotiques encore efficace, la phagothérapie, qui tue les bactéries avec d'autres bactéries sans effets secondaires pour l'organisme, fait des émules en Géorgie et en Russie mais pas chez nous. Elle reste interdite en France. Pourquoi ?

À l’initiative de l’infatigable eurodéputée Michèle Rivasi s’est tenu à l’Assemblée nationale – salle Colbert, pour être précis – le premier colloque sur la phagothérapie. C’était le 18 février dernier. La phagothérapie, nous vous en avions parlé longuement. Pour faire simple, il s’agit d’utiliser des bactéries tueuses de bactéries, mais inoffensives pour l’organisme, utiliser du vivant qui raffole du vivant, qui lui-même raffole de notre métabolisme.

C’est une invention française du début du XXe siècle, tombée en désuétude dans les années 1940 au profit de l’antibiothérapie, mais qui, passé le rideau de fer, n’a eu de cesse de se perfectionner. Au point que des Français vont se soigner en Géorgie.

Donc, salle Colbert à l’Assemblée nationale s’étaient réunis 150 personnes et tout le gratin des spécialistes de la phagothérapie, des membres de l’ANSM, de l’OMS et de l’AFSA. Du beau linge venu expliquer la thérapie, ses limites et ses avantages, surtout dans un contexte d’antibiorésistance des bactéries. Et là, on a froid dans le dos, notamment en apprenant qu’il ne reste qu’une classe de molécule d’antibiotiques encore efficace, les carbapénèmes, vouée, à force de prescriptions, à l’innocuité…

Trois heures de conférence autour d’une thérapie qui représente la réponse miraculeuse à l’antibiorésistance des pneumocoques, des gonocoques et des entérobactéries du milieu hospitalier. Mais il n’aura suffi que d’une question pour ne plus rien comprendre : est-ce que la phagothérapie pourra être une alternative aux antibiotiques ? Réponse de jésuites : non, elle doit être utilisée en association avec les antibiotiques.

On pensait que les antibiotiques étaient inutiles (sauf pour ruiner le microbiote intestinal). On pensait que les bactéries étaient plus fortes que le non-vivant. Pourquoi ne pas affirmer que cette thérapie est l’alternative attendue ? Certainement parce que pour l’heure, elle est interdite en France. Mais à avancer avec autant de précaution, on n’a pas fini de prendre des billets pour la Géorgie.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous