Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

BPS : quand un perturbateur endocrinien en chasse un autre

Article paru dans le journal nº 35 Acheter ce numéro

Dans un grand nombre de pays occidentaux, le bisphénol S (BPS) remplace de plus en plus son homologue, le bisphénol A (BPA), dont le caractère de puissant perturbateur endocrinien a été clairement démontré. Afin de démasquer une éventuelle et même toxicité avec le BPS, des chercheurs ont observé son impact sur le devenir de cellules graisseuses prélevées chez des femmes. Les cellules exposées aux plus faibles concentrations comme les cellules exposées aux plus grandes présentent une forte accumulation de graisses alors que celles exposées à des doses moyennes sont nettement moins affectées. Ces résultats, comparables à ceux relevés après exposition au BPA, lèvent le doute : le BPS est un perturbateur endocrinien tout aussi dangereux que son prédécesseur !

« Bisphenol S Induces Adipogenesis in Primary Human Preadipocytes From Female Donors » dans Endocrinology, mars 2016.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous