Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Le feu, rites et fascination vus par une ethnologue

Article paru dans le journal nº 40 Acheter ce numéro
  • Le feu un rite vivantLe feu un rite vivant

Mystérieux, magique, fécond et destructeur, protecteur et purificateur, le feu nous accompagne depuis environ 300 000 ans. Si certaines sociétés traditionnelles continuent à le vénérer, qu’en est-il chez nous en Occident ? A-t-on conservé son caractère sacré et magique ?

Dans les légendes grecques, ­Prométhée dérobe le feu à Zeus pour l’offrir aux hommes. Du feu inextinguible chez les Grecs anciens qui brûlait sans cesse à Athènes et à Delphes au feu des prêtresses romaines et dans toute l’Antiquité, le feu a été objet de vénération. Moteur de la civilisation, la maîtrise du feu a permis à l’homme de cuire ses aliments, de se protéger des bêtes sauvages, de s’éclairer et de se chauffer ; plus tard, il deviendra source de métamorphose de la matière avec la naissance de la terre cuite et de la poterie, de la métallurgie et de la fabrication des métaux. Mais pas seulement !

Célébrer le Soleil

Tous les 24 juin, on fête la Saint-Jean (Jean le baptiste) et le solstice d’été. La veille au soir, on allume des feux de joie pour célébrer le Soleil qui est alors au sommet de sa puissance, car c’est le jour le plus long de l’année ; puis la lumière va en diminuant. Dans nos villes, ces rituels sont quasiment absents, mais en Bretagne ou encore dans l’Aubrac, cette fête de la Saint-Jean est aujourd’hui encore une grande fête villageoise, l’occasion de partager de la nourriture, boire du vin et chanter au son de l’accordéon ou de l’harmonica, tout en dansant autour d’un immense feu de joie qui sera alimenté de grosses bûches jusqu’à l’aube.

Selon la tradition, c’est ­aussi le 24 juin, tôt le matin, que l’on cueille les sept plantes sacrées de la Saint-Jean : l’achillée millefeuille, l’armoise, la joubarbe, le lierre terrestre, le millepertuis et la sauge. Ces plantes étaient coupées ce jour du solstice d’été, moment de l’année où leurs vertus médicinales sont supposées être les plus efficaces.

D’où viennent ces rituels et ces danses autour du feu ? Les rituels célébrés au moment des solstices étaient d’origine païenne, car ils célébraient un phénomène saisonnier ou astronomique particulier. Ces rites autour du feu viendraient de rites celtiques et germaniques de bénédiction de moissons et de célébration du Soleil, car c’est bien par le biais du feu que l’on peut représenter la ...

Image description

Il vous reste encore 70% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 40, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous