Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Allopathie : un peu de modestie

Article paru dans le journal nº 47 Acheter ce numéro
  • L'usage systématique de certains médicaments pour le coeur est inutileL'usage systématique de certains médicaments pour le coeur est inutile

Je l'avoue : j'aime profondément la médecine, mais j'ai un gros problème avec l’« autorité médicale » lorsqu'elle prétend au monopole du savoir sur la santé ou qu’elle fait preuve d’arrogance scientiste.

Trop souvent, emportée par l’assurance qu’à chaque problème correspond (ou correspondra) une solution médicamenteuse, elle oublie que les certitudes médicales d’hier sont, parfois, les scandales sanitaires de demain.

Trop souvent habituée à aborder les patients comme une addition de symptômes à évaluer, de douleurs à faire taire, de molécules à choisir, de pilules à calibrer, elle ne respecte pas toujours les patients dans leurs singularités, leurs corps ou leurs expériences.

Trop souvent occupée à tenter de vaincre des maladies (bien réelles) à coup de médicaments chimiques et de molécules brevetées, à faire le tri entre la «vraie médecine» et tout le reste (au choix «charlatanisme», «superstition», «effet placebo», «remèdes de grand-mère», etc.) pour telle ou telle chasse aux sorcières, elle oublie parfois l’art subtil de prendre soin des personnes et leur droit au libre-choix thérapeutique.

Quant à moi je n'oppose jamais la science et la tradition, l'éprouvette et le bon sens. Et je prends autant de plaisir à découvrir un remède de grand-mère oublié qu'à lire une nouvelle recherche scientifique, surtout lorsqu’elle est bien faite et pas entachée de conflits d’intérêts.

Il y a ces moments, de jubilation et de tristesse mêlées, où l’on peut dire aux autorités médicales, en s’appuyant justement sur les dernières avancées science dont parfois abusivement elles se réclament : vous voyez bien que c'est nous qui avions raison !

Deux actualités scientifiques cette semaine nous fournissent cette opportunité, hélas pas assez rare. Elles concernent les mesures dites «préventives» contre les problèmes cardiaques préconisées par l'allopathie. Deux grandes habitudes de prescription des médecins, en France et à travers le monde, consistent à préconiser la prise préventive d’aspirine d'une part, et de bêtabloquants d’autre part.

Si vous prenez l’un ou l’autre de ces médicaments tous les jours, cliquez sur les liens du paragraphe précédent, car il se pourrait que non seulement vous les ayez pris pour rien, mais qu’en plus cette prescription ait des effets délétères sur votre santé. Nous, à Alternative Santé, ça fait déjà un bon moment qu’on vous alerte sur l'usage abusif de ces deux médicaments, je dis ça je dis rien...

La médecine allopathique orthodoxe se targue de s’occuper des faits, rien que des faits. Alors en voilà un, de fait, indiscutable : le progrès médical avance par à-coups, tâtonnements, et erreurs, et c’est bien normal. Faute d’être infaillibles, les autorités médicales devraient à tout le moins savoir rester humble et accepter le caractère temporaire ou partiel des vérités que, parfois un chouïa trop autoritairement, elle claironne.

Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien des médecines alternatives. Vous pourrez en trouver un près de chez vous et prendre rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Publicité pour Annuaire Thérapeutes