Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Bêtabloquants : souvent inutiles voire néfastes après un infarctus

Article paru dans le journal nº 47 Acheter ce numéro

Selon des chercheurs britanniques, l’administration de bêtabloquants chez des individus ayant subi un infarctus mais ne souffrant pas d’insuffisance cardiaque pourrait être non seulement inutile, mais nocive.

C’est en tout cas ce que démontre une étude de l’université de Leeds, en Angleterre, portant sur plus de 179 000 patients ayant subit un infarctus du myocarde. Prescrits presque automatiquement dès lors qu’un individu subit une attaque cardiaque, les bêtabloquants – dont l’action ralentit le coeur et régule la pression artérielle – ne seraient pourtant d’aucune utilité hormis en cas d’insuffisance cardiaque. Pire, ne réduisant pas leur mortalité, les effets indésirables qu’ils sont susceptibles d’engendrer, comme les étourdissements et la fatigue, peuvent être extrêmement invalidants. Sur un an, les résultats de l’étude prouvent que dispenser les patients de ce type de médicaments n’a pas occasionné davantage de décès que chez les individus effectivement traités par bêtabloquants.

Journal of the American College of Cardiology, mai 2017.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Sur le même sujet
Tags sur la même thématique Médicaments infarctus du myocarde bêtabloquants
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous