Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Mal logés : les enfants d’abord

Article paru dans le journal nº 32 Acheter ce numéro
  • enfant qui se moucheenfant qui se mouche

600 000. C’est le nombre d’enfants mal logés, victimes collatérales de conditions de vie innommables, véritable reflet d’une misère aux relents des taudis du XIXe siècle. À la honte d’habiter dans de telles conditions viennent s’ajouter les maladies, le saturnisme étant parmi la plus grave. Le rapport de la Fondation Abbé Pierre est accablant, et aucun signe d’amélioration n’est en vue.

Est-ce que notre habitat nous voudrait le plus grand mal ? La question peut se poser puisque vous avez tous déjà entendu ces campagnes incriminant la ­maison, qui serait plus dangereuse et ­meurtrière que la route. Il n’est qu’à prendre les chiffres de 2013 pour s’en convaincre. Les accidents de la vie domestique tuent 19 000 personnes chaque année et en blessent 4,5 millions, avec la chute comme première cause. ­L’habitat tue deux fois plus que la route, et dans des conditions ­barbares. On s’y ­fracasse le crâne, on s’y électrocute, on s’y empoisonne, on s’y empale, on s’y asphyxie, on s’y noie…

Maladie socialement transmissible

Mais voilà que la Fondation Abbé Pierre lance une alerte concernant l’habitat comme source de maladies, contagieuses qui plus est. Plus précisément, l’habitat devient une maladie socialement transmissible par laquelle les plus démunis sont frappés de plein fouet, en particulier les enfants.

Par les infiltrations d’eau, par une mauvaise ventilation, par un chauffage insuffisant, voire inexistant, se concentre une forte humidité et se développent des ­moisissures qui aggravent ou provoquent des pathologies allergiques et respiratoires, souligne la ­fondation. Des pathologies dues à ­l’insalubrité, qui nous ramènent deux siècles en arrière, des pathologies qui stigmatisent les plus pauvres et révèlent à la face de notre Pays le profil de sa misère. Pourtant, bien qu’ayant perdu une place, la France se hisse à la sixième place des ­puissances économiques mondiales.

Déjà en 2010, l’Agence régionale de santé (ARS) pointait du doigt la situation alarmante liée à l’insalubrité des logements en dévoilant des chiffres pathétiques : 3,5 millions de personnes, dont un tiers d’enfants, subissent les séquelles (maladies respiratoires, allergies…) liées à ce qu’elle appelait les causes d’indignité : humidité, moisissure, mais aussi toutes sortes de ­nuisibles tels qu’acariens et blattes. Citons encore ...

Image description

Il vous reste encore 50% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 32, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois
Ces informations ne se substituent pas à une consultation médicale.
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Publicité pour Annuaire Thérapeutes