Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Lionel Coudron : notre corps supporte mieux la privation que l’excès

Article paru dans le journal nº 50 Acheter ce numéro
  • "Il n'est pas indispensable de réduire son alimentation progressivement"

Médecin, diplômé en nutrition, nutrithérapie, acupuncture, biologie, médecine du sport, psychothérapie EMDR, mais aussi enseignant de yoga depuis plus de 35 ans et directeur de l’Institut de yogathérapie, le Dr Lionel Coudron accompagne de nombreux patients dans leur démarche de jeûne, que ce soit à des fins de bien-être ou thérapeutiques. Son livre, le Guide pratique du jeûne (éd Terre vivante), jette un pavé dans la mare : oui, jeûner est sans danger, à la portée de tous et parfaitement compatible avec une vie active. Pourquoi est-il parfois bon de cesser de s’alimenter ? Que se passe-t-il alors dans notre corps ?

Vous affirmez qu’il est possible de démarrer un jeûne du jour au lendemain sans préparation. C’est surprenant…

Pourquoi faudrait-il se préparer, alors que l’organisme est conçu pour jeûner ? Il y a 20 000 ans, nos ancêtres ne choisissaient pas le moment de démarrer un jeûne. Il n’est absolument pas indispensable de réduire son alimentation progressivement.

Concrètement, que se passe-t-il dans le corps quand on cesse de s’alimenter ?

Lorsque vous n’apportez plus de nourriture à votre corps, vous ne lui fournissez plus de glucides, qui sont son carburant. Il va devoir fabriquer de l’énergie autrement et puiser dans les graisses de réserve qui, en brûlant, vont entraîner la production de corps cétoniques. C’est ce que l’on appelle la cétose. Elle commence à se produire douze heures après l’ingestion des derniers aliments. Pour rester en cétose et maintenir les bienfaits du jeûne, la ration journalière ne doit pas dépasser 450 kcal, l’équivalent de trois fruits, 200 g de fromage ou cinq tranches de pain.

Donc, on peut manger en petite quantité. Mais comment rester en deçà des 450 kcal ?

Il s’agit moins de manger que d’apporter des nutriments énergétiques. La diète protéinée présente l’avantage d’un apport majeur de protéines et de graisses, associé à une réduction calorique et glucidique drastique. Ce n’est pas un jeûne au sens strict, mais elle en procure les mêmes bénéfices. Cela peut aussi passer par des potages de légumes légers : c’est la méthode Buchinger. Ces apports ne rompront pas les effets du jeûne et aideront le corps à s’adapter. Dans tous les cas, je ne recommande pas le jeûne hydrique pur, uniquement à l’eau, qui mène à la fameuse crise du troisième jour…

… qui est ?

Dr L. C. Fatigue, vertiges, crampes, malaises, hypotension et symptômes d’une acidose. Voilà pourquoi on l’appelle « crise de détoxication », mais, pour moi, ce n’en est pas une. C’est simplement le signe de la bascule naturelle en cétose, généralement à partir de 36 heures. Le corps réagit à la fuite de potassium et de sels minéraux. Or, si l’acidose en soi n’est pas dangereuse, il est parfaitement possible d’éviter ces troubles en prenant régulièrement du sel, directement dans la bouche ou dilué dans l’eau. Du simple sel de table fait l’affaire. Je prescris également des complexes à base de potassium, de calcium et de magnésium, qui ont un effet alcalinisant et permettent de prévenir les crampes, la fatigue et les maux de tête.

Comment le corps fait-il pour tenir ?

Dr L. C. Il faut bien comprendre que l’organisme sait produire de l’énergie à partir de ses réserves. Durant les trois premiers jours, il va puiser dans les graisses des muscles et du foie. Quand ces stocks seront épuisés, il pompera dans les tissus adipeux à la recherche d’acides gras qu’il transformera en glucose pour poursuivre son fonctionnement optimal. On appelle cela la « néoglucogenèse ». Au bout du cinquième jour, le processus change : les ...

Image description

Il vous reste encore 72% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 50, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois
Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien des médecines alternatives. Vous pourrez en trouver un près de chez vous et prendre rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Publicité pour Annuaire Thérapeutes