Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

L'huile de lin en alimentation : des vertus à revendre

Article paru dans le journal nº 8 Acheter ce numéro
  • L'huile de lin, célébrée après avoir été interditeL'huile de lin, célébrée après avoir été interdite

Alors que l’huile de lin a été interdite pendant des années, aujourd’hui la reconnaissance de ses propriétés, dont sa teneur en oméga-3, lui permet de retrouver une place de choix aussi bien sur notre table que comme complément alimentaire.

Article mis à jour le 20/01/2022 par Nihel Amarni

Au 19ème siècle, les Européens consommaient régulièrement l’huile de lin. Seulement, avec la révolution industrielle et l’évolution technologique des huileries, les procédés d’extraction de l’huile de lin se sont modifiés au profit de l’extraction à chaud. Ceci a eu pour conséquence de quasiment doubler la production, mais aussi de faire baisser ses prix. L’huile de lin, extrêmement fragile à l’oxydation, ainsi extraite, devint alors toxique à la consommation… Les autorités sanitaires interdirent de ce fait de vendre l’huile de lin en tant qu’aliment dès l’année 1908, tandis qu’elle continuait à être commercialisée pour l’entretien du bois et pour la peinture. Cette interdiction courut en France jusqu’en 2009 quand l’ancienne Afssa, devenue aujourd’hui l’Anses (Agence Nationale Sécurité Sanitaire Alimentaire Nationale), autorisa de nouveau sa commercialisation grâce à une directive européenne. Cependant, cette huile végétale reste soumise à un encadrement strict.

L’huile de lin réhabilitée

Ainsi après près d’un siècle d’interdiction, l’Afssa réautorise la commercialisation de l’huile de lin vierge sur le territoire français, mais elle considère également que « L’huile de lin présente un intérêt nutritionnel en termes d’apport en acide alpha — linolénique, d’autre part, c’est un produit commercialisé depuis longtemps dans de nombreux pays (Allemagne, Canada, Chine…) sans que des effets néfastes n’aient été mis en évidence ».

Elle insiste toutefois sur des mesures de conditionnement, de conservation et d’utilisation plus restrictives que les mesures existantes pour d’autres huiles végétales plus classiques afin de limiter l’oxydation du produit et ses risques de toxicité, à savoir :

  • une traçabilité des lots, de la pression des graines jusqu’au conditionnement, pour optimiser le contrôle de la durée de vie (ne pas dépasser un an, consommation comprise) ;
  • un volume de conditionnement maximal de 250 mL ;
  • un inertage à l’azote avant d’obturer la bouteille ;
  • un conditionnement en matériau opaque ;
  • une durée limite d’utilisation optimale inférieure à 9 mois.

Huile de lin : mode de conservation et précautions d’emploi

Bien sûr, ces mesures servent à protéger le consommateur. Ainsi, l’huile de lin se consomme de préférence à froid. Pas question donc de faire cuire une viande avec, elle ne supporte pas une température de plus de 150 °C et les oméga 3 qu’elle contient s’en trouveraient dénaturés. Il est donc indiqué de la consommer froide, par exemple de verser un filet d’huile de lin pour assaisonner des salades, crudités, ou encore dans des pâtes après cuisson afin d’éviter le beurre. De plus, son mode de conservation est également important. Il vaut mieux la stocker à basse température et à l’abri du soleil et de l’air, dans un réfrigérateur par exemple. Enfin, il est conseillé de la consommer dans les trois mois après l’ouverture. Si elle a changé de couleur, et qu’elle dégage une forte odeur, il faut s’abstenir de la consommer. D’autre part, l’Anses recommande également de ne pas l’utiliser pour l’alimentation des enfants de moins de trois ans. Par précaution, elle est déconseillée aux femmes enceintes, aux gens souffrant d’occlusion intestinale (elle est laxative) ou de problèmes liés à la thyroïde (un des composants des graines, théoriquement absent de l’huile, peut perturber la métabolisation de l’iode). Dans le doute, demandez conseil à votre médecin.

Lire aussi Un excès d’acides gras oméga-6 dans l’alimentation favoriserait les douleurs chroniques

Une huile médicinale vieille comme le monde

Alors que nous avons abordé les précautions à prendre pour consommer en toute sécurité et conformément aux recommandations l’huile de lin, il est temps de s’attarder sur ses nombreuses propriétés. En effet, cette huile végétale est connue depuis l’antiquité pour ses vertus médicinales, comme les graines dont elle est extraite. Pline l’Ancien, écrivain et naturaliste romain du Ier siècle et auteur L’Histoire naturelle (Historia Naturalis) mentionnaient déjà des remèdes à base de graines de lin. Ces dernières font d’ailleurs encore partie de la pharmacopée officielle chinoise et ayurvédique. L’huile de lin possède certaines des propriétés associées à sa graine : antioxydante, laxative et nutritive et anti-inflammatoire, on lui reconnaît également des propriétés de modulation hormonale (ménopause) et de prévention des problèmes cardiovasculaire (athérosclérose, artériosclérose, cholestérol…). Elle est également utilisée en dermatologie et en cosmétique pour ses vertus en application externe. Très riche en acides gras, elle va pouvoir pénétrer efficacement la peau pour un effet hydratant et nourrissant, mais également renforcer la barrière cutanée. Elle peut également être indiquée dans le cadre de synergies en aromathérapie pour lutter contre certaines affections dermatologiques telles que le psoriasis et l’eczéma.

La reine des oméga 3

L’huile de lin a une composition très intéressante d’un point de vue santé. En effet, elle est pauvre en acides gras saturés (9 %), moyennement riche en acides gras monosaturés (18 %) et très riche en acides gras polyinsaturés (73 %). Or, parmi ces acides gras polyinsaturés, sa teneur en acide alpha linolénique (ALA) est comprise entre 40 et 60 %. Une qualité rare qui en fait l’huile végétale la plus riche en oméga-3, alors qu’elle est plus pauvre en oméga-6. Un ratio qui permet une meilleure assimilation des premiers qui, rappelons-le, sont précieux pour de nombreux processus physiologiques :

  • constituants du système nerveux et du cerveau, ils sont associés à un meilleur flux sanguin dans le cerveau et à une meilleure cognition
  • facteurs de protection cardio-vasculaire et de prévention du syndrome métabolique ils rééquilibrent les lipides sanguins (ratio cholestérol HDL/LDL, baisse des triglycérides) et aident à la prévention des caillots sanguins ;
  • ils participent à la production de certaines cellules immunitaires ;
  • une consommation suffisante d’oméga-3, dans le cadre d’apports lipidiques équilibrés, permet l’atténuation des réactions allergiques et des phénomènes inflammatoires.

Lire aussi Où trouver le bon gras pour rester en bonne santé ?

Quelques conseils d’achat :

En bouteille :

  • Si vous achetez de l’huile de lin en bouteille, achetez-la, bien sûr, pressée à froid dans une bouteille la plus opaque possible et dans le plus petit volume existant (au maximum 25 cl)
  • Il est essentiel de la conserver au réfrigérateur et de la consommer rapidement une fois le récipient ouvert.
  • Si l’huile dégage une odeur de rance, forte et désagréable, c’est qu’elle a perdu ses vertus nutritionnelles et qu’elle ne doit plus être consommée.
  • Ne faites pas cuire l’huile de lin.

En complément alimentaire :

  • N’achetez que de l’huile de lin d’origine biologique.
  • Vérifiez que chaque capsule contient au minimum 250 mg d’acide alpha linolénique
  • Il faut impérativement qu’elle soit complétée par un antioxydant comme la vitamine E (elle aussi d’origine naturelle) comme celle que nous avons sélectionnée. Vous pourrez ainsi la conserver plus longtemps sans aucun risque.
  • Gardez les capsules au frigo.

Références :

- AOCS - Physical and Chemical Characteristics of Oils, Fats and Waxes, Official Methods & Recommended Practices of the American Oil Chemists’ Society, Section I, revision 1996.

Avis de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments relatif à une demande d'avis sur un projet d'arrêté modifiant l'arrêté du 4 décembre 2008 fixant les conditions d'utilisation de l'huile de lin pour un usage alimentaire, 2010.

- Abuzaytoun R, Shahidi F. Oxydative stability of flax and hemp oils. J Am Oil Chem Soc 2006; 83: 855-61.

- Brühl L, Matthäus B, Scheipers A, Hofmann T. Bitter off-taste in stored cold-pressed linseed oil obtained from different varieties, Eur J Lipid Sci Technol 2008; 110: 625-31.

- Carriere I, Delcourt C, Lacroux A, Gerber M. Nutrient intake in an elderly population in southern France (POLANUT): deficiency in some vitamins, minerals and omega-3 PUFA. Int J Vitam Nutr Res 2007 ; 77 : 57-65.

- Combe N, Boué C. Apports alimentaires en acide linoléique et alpha linolénique d’une population d’Aquitaine. Oléagineux Corps Gras Lipides 2001 ; 8 : 118-21.

- Cunnane S, Gaguli S, Menard C, Wolever T, Jenkins A. High a-linolenic acid flaxseed (Linurn usiiaiissimurn): some nutritional properties in humans. Br J Nutr 1993 ; 69 : 443-53.

- Medicinal Herbs Used in Traditional Management of Breast Cancer: Mechanisms of Action, 2020

Flaxseed oil reduces the growth of human breast tumors (MCF-7) at high levels of circulating estrogen

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Sur la même thématique :

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous