Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Non-immunisation, réinfection ou réactivation du coronavirus : le scénario qui inquiète

Article 100% numérique
  • Non-immunisation, réinfection ou réactivation du coronavirus : le scénario qui inquiète

Décidément, le SRAS-CoV-2 ne fait rien comme tout le monde (dans l’univers des virus, s’entend). Comme s’il n’avait pas déjà provoqué une pagaille suffisante, voilà que s’installe le doute sur l’immunisation qu’il est censé conférer, après qu’environ 300 malades supposément guéris ont été re-testés positifs. Quelles sont les implications pour la stratégie de sortie de crise ?

Article mis à jour le 21/04/2020

Pour l’heure, les patients déclarés guéris, et pour lesquels on a détecté à nouveau la présence du virus, restent localisés en Asie. Dès janvier, un cas s’était manifesté au Japon, puis plusieurs en Chine à partir de février, et maintenant près d’une centaine en Corée du Sud.

Dans la province chinoise du Guangdong, les autorités sanitaires avaient laissé filtrer début mars un chiffre peu rassurant : près de 14 % des patients considérés comme guéris ont été de nouveaux testés positifs au coronavirus. Autre fait troublant : une étude portant sur 175 chinois hospitalisés pour infection au Covid-19 montrait que 30 % d'entre eux n’avaient pas développé d’anticorps spécifiques après leur passage à l’hôpital, pointant soit une possible immunité décalée, soit l'absence d'immunité. Enfin, dernière « anomalie », toujours en Chine, plusieurs cas de patients déclarés guéris ont dû être réadmis à l’hôpital.

L’OMS dans le flou

La plus forte poussée de ce phénomène a lieu en ce moment en Corée du Sud, avec déjà 116 personnes re-testées positives. Lors d’une conférence de presse ce 13 avril, le Dr Mike Ryan, directeur des programmes d’urgence à l’OMS, explique que « dans de nombreuses infections virales, il existe des patients qui ne sont pas entièrement débarrassés du virus ». Tout en confessant qu’il n’y a pas, à ce stade, d’explications arrêtées pour ces réinfections.

Le Dr Maria Van Kerkhove, la scientifique référente sur l’épidémie de Covid-19 au sein de l’OMS, précise que « certains patients présentent une réponse immunitaire non-détectable, tandis que d’autres en manifestent une très forte . Mais on ne sait pas si une réponse forte garantit l’immunité devant une seconde infection. Nous avons besoin de plus de données sur les patients considérés comme guéris pour comprendre si la réponse anticorps confère une immunité et pendant combien de temps ».

Des pistes d'explications

Selon un travail de recherche disponible en pré-édition sur le site medRxiv.org et conduit par plusieurs instituts chinois, avec le Massachusetts Institute of Technology, le manque de fiabilité des tests de dépistage dits PCR pourrait expliquer les quelque 260 cas de patients re-testés positifs à fin mars ; en effet, ils peuvent produire des résultats faussement positifs lorsque du matériel viral reste dans le sang, alors que la personne n’est plus infectieuse, mais aussi des faux négatifs quand, par exemple, le prélèvement ne collecte pas suffisamment de matériel échantillon.

Ces anomalies dans la détection du matériel viral pourraient expliquer pourquoi des personnes ayant contracté le Covid-19 ont été testées négatives à leur sortie d’hôpital, puis positives plus tard, laissant croire à une réinfection alors que c’est celle d’origine qui a en réalité été détectée .

Le spectre de crises cycliques ?

Les chiffres permettent de remettre les choses en perspective : un peu plus de 2 millions de cas de Covid-19 ont été dénombrés à ce jour, pour un peu plus de 500 000 guérisons. S’il y avait un problème général d’immunité (trop faible ou trop courte), les cas de réinfection ne se limiteraient probablement pas à quelque 300 notifications de cas dans le monde. Le phénomène serait sans doute plus massif, d’autant qu’il a commencé à être observé dès le début de l’année.

D’autre part, et même si on ne dispose pas encore de données propres au SRAS-CoV-2 sur cette question, une étude rétrospective à l’épidémie de SRAS-CoV-1 ayant sévi en 2002-2003 ‒ cousin à 80 % du virus actuel ‒ a révélé que les niveaux d’anticorps restaient pour cette infection stables durant deux ans en moyenne. Pour d'autres coronavirus en revanche, les infections induisent quant à elles des immunités entre trois et six mois... Si la pandémie durait plus longtemps (scénario crédible), on ne pourrait donc pas exclure des cas de recontamination.

Dans l’hypothèse où l’immunisation au Covid-19 est effectivement courte ou faible pour une partie de la population, risque-t-on, dès lors, de se retrouver dans le même scénario catastrophe à intervalle régulier ? Et si c'est le cas, comment le gérer autrement que par l'imposition répétée de périodes de confinement obligatoire, dont on a aujourd'hui pris la pleine mesure de leur violence (sociale, économique, psychologique) et de leur efficacité modérée (temporaire) ?

Immunité collective, vaccin, remède ?

On conçoit l'immense espoir collectif initialement investi dans un vaccin, renforcé par le constat récent d'un faible taux d'immunité naturelle dans la population. Alors que les chiffres français montrent la présence d'anticorps chez 5,7% des personnes selon une modélisation de l'institut Pasteur, les tests effectués sur des milliers de personnes à Wuhan, épicentre de l'épidémie, ont commencé. Et ils ne sont pas encourageants. Quelques mois après le début de l'épidémie, l'hôpital Zhongman de Wuhan ne trouve des anticorps que chez 2 à 3% des personnes testées (employés, anciens patients et visiteurs). Dans un cas comme dans l'autre, des chiffres bien trop bas pour imaginer une quelconque "immunité de groupe".

Faut-il, alors, reporter ses espoirs sur un hypothétique vaccin ? Centrer sa stratégie de réponse à l'épidémie sur la découverte d'un vaccin impliquerait plusieurs conditions : que le virus reste stable, que les anticorps induits par la vaccination protègent contre l'infection (et de préférence plus longtemps que ceux issus de la contraction naturelle de la maladie), et enfin que le vaccin soit sûr (une vraie gageure compte tenu des risques immunologiques graves ayant emergés pour les candidats vaccins des coronavirus précédents, le SARS-CoV-1 et le MERS posés).

Le modèle théorique de l’immunité grégaire, qui voudrait qu’on atteigne une protection collective à partir d'une certaine proportion de personnes soit immunisées après infection, soit immunisées après vaccination, semble donc bien fragile dans le cas du coronavirus. L’inconnue quant à la réalité et la durée de l’immunisation acquise après une primo-infection au coronavirus pourrait, de ce point de vue, hypothéquer toutes les stratégies et prospectives de déconfinement fondées sur les tests sérologiques ainsi que l’atteinte de cette fameuse immunité de groupe, qu’elle soit naturelle ou vaccinale. Dans ce contexte de forte incertitude, il serait donc plus sage de maintenir la priorité à la recherche de remèdes préventifs et curatifs.

Lire aussi COVID-19 : la micronutrition, grande oubliée du débat

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique coronavirus covid-19 covid

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous