Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

La vitamine K contre les maladies liées au vieillissement… et le Covid-19 ?

Article 100% numérique
  • La vitamine K, protectrice contre nombre de pathologiesLa vitamine K, protectrice contre nombre de pathologies

Devant le poids économique croissant des maladies liées à l’âge (musculo-squelettique, cardiovasculaires, dégénératives…), les scientifiques cherchent des moyens bon marché de prévenir et d’améliorer ces pathologies. La vitamine K a révélé, lors des dernières décennies, son implication dans un large éventail de fonctions biologiques, en particulier celles relevant des maladies inflammatoires à bas bruit. Il y a quelques jours, des chercheurs hollandais ont même pointé du doigt son possible effet protecteur contre le Covid-19.

Les études récentes mettent en corrélation de faibles niveaux de vitamine K1 avec la maladie d’Alzheimer et la baisse des performances cognitives chez les personnes âgées. Un autre champ de recherche attribue à la vitamine K2 une activité anticancéreuse sur certaines lignées de cellules. Un apport en vitamine K2 se traduirait éégalement par une moindre perte ossseuse à la ménopause et un moindre risque de fracture. Des études cliniques suggèrent également une synergie entre les deux vitamines K et D au bénéfice de la santé osseuse ; tandis que des doses élevées de vitamine D seule présentent un risque de calcification des tissus tels les artères ou les tendons, des doses élevées de vitamine K n’ont pas cet inconvénient. Il reste cependant à établir la juste balance entre les deux, ainsi que les doses optimales, comme nous l'expliquions déjà dans cet article de 2014.

En plus des propriétés polyvalentes citées plus haut, cette vitamine pourrait même avoir un effet protecteur contre les formes graves du Covid-19. Une étude de l’Institut de recherche cardiovasculaire de Maastricht a, en effet, constaté que les personnes hospitalisées pour Covid-19 étaient carencées en vitamine K. Dans ses formes graves, la maladie génère une coagulation du sang et une dégradation des fibres élastiques des poumons, deux complications pour lesquelles cette vitamine pourrait avoir un effet protecteur. Reste à confirmer cette étude observationnelle par un essai clinique que les chercheurs appellent de leurs vœux. Dans l'immédiat, un des scientifiques en charge de l’étude, Dr Rob Janssen, n’hésite pas à conseiller la prise de vitamine K (sauf pour les personnes prenant un anticoagulant) : « même si ça n’aide pas contre les cas sévères de Covid-19, c'est bon pour les vaisseaux, les os et probablement aussi pour les poumons ».

Lire aussi Vitamine K2 et ostéoporose : du calcium, mais pas n'importe où !

Lire aussi Covid-19. Le rôle bénéfique de la vitamine D confirmé

Lire aussi COVID-19 : la micronutrition, grande oubliée du débat

Sources :

« Vitamin K as a diet supplement with impact in human health : current evidence in age-related diseases », dans Nutrients, 2020

"Diet Associated with Inflammation and Alzheimer’s Report", Journal of Alzheimer's Disease Report, 2019.

"Vitamin K found in some cheeses could help fight Covid-19, study suggests", The Guardian, 5 juin.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Où acheter ?
Tags sur la même thématique vitamine D vitamine K covid-19 covid

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous