Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Le Chaga : le champignon roi

Article paru dans le journal nº 48 Acheter ce numéro
  • Le chaga pousse sur lLe chaga pousse sur l'écorce des bouleaux et des merisiers.

Champignon utilisé de longue date en Sibérie et dans les pays du Nord de l'Europe pour ses propriétés adaptogènes, le chaga revient en force à la faveur d'études sur ses propriétés antioxydantes et d'accompagnement du cancer.

Le chaga ( Inonotus obliquus) est un champignon qui pousse sur l’écorce des bouleaux et merisiers, dont il est le parasite. Il se plaît dans des endroits reculés du Grand Nord, dans des régions froides comme la Sibérie, le nord du Canada, l’Alaska. De façon générale, ce champignon se développe mieux là où la température descend sous les -40 °C.

Les chagas entretiennent une relation symbiotique avec les bouleaux. Si vous insérez du chaga dans un arbre mourant, dit-on, celui-ci se rétablira. En substance, le chaga sert d’usine chimique essentielle pour des substances d’une grande valeur pour notre santé. C’est un champignon très dur et noirâtre, qui ressemble à première vue à du charbon. Sa texture rappelle celle du bois. On ne peut l’assimiler directement, il faut procéder à une décoction pour pouvoir le déguster, il se boit alors en infusion.

Ce champignon a malheureusement un grand défaut : il pousse lentement à l’état sauvage et est très difficile à cultiver. Ce champignon est utilisé depuis des siècles par les habitants de Sibérie et les autres peuplades du cercle Arctique. Les Sibériens ont constaté que, malgré leur climat, la consommation régulière de chaga prévenait l’apparition de maladies diverses. Ils l’ont utilisé pour favoriser l’endurance physique et la longévité.

Le chaga est utilisé plus largement depuis le XVIe siècle en Russie et en Europe de l’Est pour soigner les gastrites, les cancers, les ulcères et la tuberculose. Dès 1958, les premières études en Russie et en Finlande ont démontré que le chaga pouvait avoir des effets positifs sur les cancers du foie, de l’utérus, de l’estomac, du sein ou encore sur le diabète et l’hypertension.

D’où l’intérêt scientifique qu’il suscite, et les nombreuses études qui parviennent à la même conclusion. Le chaga peut être utilisé comme adjuvant naturel aux ...

Image description

Il vous reste encore 50% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 48, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois
Attention : Les conseils prodigués dans cet article ne vous dispensent pas de consulter un praticien des médecines alternatives. Vous pourrez en trouver un près de chez vous et prendre rendez-vous sur annuaire-therapeutes.com
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Publicité pour Annuaire Thérapeutes