Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Préserver les fesses de bébé

Article paru dans le journal nº 76 Acheter ce numéro
  • Les langes ne font encourir aucun danger chimique ou de contamination aux polluants.Les langes ne font encourir aucun danger chimique ou de contamination aux polluants.

En tapant sur un moteur de recherche le mot couches, vous trouverez comme première occurrence « couches les moins toxiques ». Pas les « couches les plus toxiques ». C’est dire si la composition des couches jetables vendues en grande surface est sujette à caution. Pour preuve, 23 références de couches pour bébé ont été analysées entre 2016 et 2018 par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Selon celle-ci, « Les analyses ont mis en évidence la présence de différentes substances chimiques dangereuses […] qui peuvent migrer dans l’urine et entrer en contact prolongé avec la peau des bébés. Certaines sont ajoutées intentionnellement, tels que des parfums qui peuvent entraîner des allergies cutanées. D’autres peuvent provenir de matières premières contaminées ou de procédés de fabrication (polychlorobiphényles dioxine like – PCB-DL –, furanes et dioxines, hydrocarbures aromatiques polycycliques – HAP) ». C’est d’autant plus regrettable que l’on peut considérer les couches comme un produit de première nécessité.

Du nouveau-né à l’enfant (de 0 à 3 ans), c’est quelque 4 200 couches que l’on utilise pour un budget global de 2 000 euros. D’où l’émergence sur le marché de nombreuses marques de couches dites écolos, dont Love and Green lancée en 2011 par deux anciens cadres de Cadum qui ont eu la bonne idée d’unir leurs compétences (pour éviter à leur première fille un cocktail chimique). L’avantage de leurs couches ? D’être aussi naturelles que possible. Le voile de contact avec la peau du bébé est 100 % naturel (à base d’amidon de maïs, de canne à sucre, de betterave, de pomme de terre), corps absorbant blanchi sans chlore ni dérivés chlorés, billes absorbantes naturelles, et garantie sans chlore, sans colorant, sans petrolatum. De quoi inspirer confiance. Reste à savoir à l’usage si l’absorption est au rendez-vous. Et les avis de parents semblent parfois mitigés. Ils préconisent plutôt un usage journalier de ces couches, qui ne résistent pas toujours à la nuit. D’autant qu’à 18 euros pour 46 couches taille 4 au lieu de 18 euros pour 72 couches d’une marque telle que Pampers, le budget peut exploser. Normal, produire des couches naturelles coûte un bras, et les fesses (si ce n’étaient que les fesses d’ailleurs) de nos chérubins méritent le meilleur.

Les plus courageux (les pères peuvent s’investir aussi) optent pour la méthode ancestrale des couches lavables, autrement dit du lange en coton, noué comme une couche dont la puissance d’absorption est notable. Entre les langes carrés de mamie, et les langes perforés en coton bio de nos jours, le choix est vaste. Certes l’huile de coude est recommandée, mais outre les arguments économique et écologique, les langes présentent l’avantage de ne faire encourir aucun danger chimique ou de contamination par des polluants.

 

Love and Green, en grande distribution ou sur www.loveandgreen.fr

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique santé de bébé produits toxiques

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous