Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Kiran Vyas : "L’Ayurvéda soigne la personne plus que la maladie"

Article paru dans le journal nº 17 Acheter ce numéro
  • Kiran VyasKiran Vyas

L’Ayurvéda est une médecine étrange pour les Occidentaux. On y enseigne que l’alimentation, le mode de vie et les pensées positives sont les trois piliers essentiels de la santé. Kiran Vyas, fondateur des centres Tapovan, a été le premier à introduire cette médecine millénaire en France.


Alternative Santé Vous êtes originaire d’Inde où vous avez rencontré les plus grands : Gandhi, Sri Aurobindo et la Mère. Pouvez-vous nous parler de ces rencontres ?

Kiran Vyas C’est vrai que je suis entré en contact intime et profond avec Sri Aurobindo et la Mère. À l’âge de 4 ans, j’ai vu Sri Aurobindo et depuis, ma vie intérieure et mon être profond ont pris la décision de suivre le chemin du yoga intégral de la Mère et de Sri Aurobindo. D’autre part, mon père travaillait avec Gandhi et notre maison se trouvait à 50 mètres de sa maison. Il lui avait demandé de développer une pédagogie de non-violence pour l’indépendance de l’Inde.

A. S. Vous avez fondé en Inde plusieurs écoles d’Ayurvéda. Sur quels principes s’appuient-elles ?

K. V. Les écoles primaires et secondaires fondées avec mon père s’appuyaient sur la philosophie de Gandhi, de Sri Aurobindo et de la Mère, et de Tagore : une éducation intégrale pour le corps, l’esprit et l’âme. L’Ayurvéda était pratiqué dans ces écoles comme une discipline de santé et de bien-être.

A. S. Vos activités vous ont mené également à travailler avec l’UNESCO et certaines ONG. Dans quel cadre ?

K. V. J’ai été invité par le gouvernement français pour découvrir le système pédagogique français. Cela a été suivi par un travail à l’UNESCO, notamment dans l’INSEA (International Society for Education through Art). Ma contribution à l’UNESCO était d’une part que tout processus éducatif soit créatif – l’art n’est pas limité à 2 heures de dessin et de peinture, mais doit être vécu à chaque interaction de l’éducation – et d’autre part, l’éducation pour la paix doit commencer dès l’école maternelle ou même avant, c’est-à-dire, pendant la période de pré-conception et pré-natale dans l’esprit des parents.

A. S. Vous êtes sans conteste, un des précurseurs du développement de l’Ayurvéda, en France. Qu’est-ce qui vous a amené à venir ici ?

K. V. Dès mon arrivée en France en 1975 ou 76, j’ai vu que le yoga était très connu, mais personne ne connaissait l’Ayurvéda à l’époque. J’ai senti la nécessité de faire découvrir l’Ayurvéda en France et en Europe parce qu’on y a le culte du corps physique : la beauté, la santé et l’épanouissement du corps physique.

A. S. L’Ayurvéda semble s’intéresser aux différents aspects de l’être humain : le physique, le psychique et l’énergétique. Pourriez-vous nous dire comment cela fonctionne ?

K. V. L’Ayurvéda est une médecine, une philosophie, une science et un art de vivre. Le mot ayur, en sanskrit, signifie la vie ou la force vitale. Le mot veda signifie la connaissance. Ayurvéda signifie la connaissance ou la science de la vie. Les origines sont presque inconnues mais tout le monde accepte qu’elle a plus de 5 000 ans d’existence. L’Ayurvéda considère que tout ce qui se trouve dans le macrocosme se trouve dans le microcosme. L’homme est un microcosme de la nature. Nous sommes tous faits de cinq grands éléments appelés panchmahabhutas : prithvi (terre), jala (eau), agni (feu), vayu (air), akasha (éther ou ciel) dans des proportions différentes.

D’autre part, un être humain est composé de cinq enveloppes ou de cinq corps : corps physique, corps physique subtil (les méridiens de la médecine chinoise ou nadis et chakras du yoga et l’Ayurvéda), corps vital (sentiments, émotions), corps mental (l’esprit, le cerveau) et le corps psychique et spirituel (le vrai soi ou l’âme). Grâce à cette théorie des cinq éléments et des cinq corps, l’Ayurvéda suggère qu’un être humain est semblable à tous mais en même temps, différent de tous.

A. S. Quelles sont les différentes méthodes de traitements que propose l’Ayurvéda ?

K. V. Le premier traitement est la prévention ! C’est-à-dire, ne pas tomber malade. Aussi, l’Ayurvéda attache une grande importance à l’alimentation, car selon elle, la véritable raison de toute maladie est l’alimentation. Selon l’Ayurvéda, les médicaments ne sont pas très utiles si la nourriture n’est pas équilibrée. Cela dit, l’Ayurvéda a une pharmacopée très développée avec les différentes plantes en poudre, en gélules ou en alcools. L’Ayurvéda utilise aussi différents sels minéraux et des métaux comme le cuivre, l’or ou l’argent pour les traitements. Panchakarma ou des méthodes de purification en profondeur sont importantes dans l’Ayurvéda. L’Ayurvéda s’intéresse à la personne, et pas seulement à la maladie. Très souvent, les mêmes symptômes et maladies seront traités différemment selon la constitution de la personne.

A. S. Quels sont vos conseils pour se maintenir en bonne santé ?

K. V. Selon l’Ayurvéda, la santé est définie par les conditions suivantes :

• Quand le corps physique se trouve dans l’état de

« non-maladie ».

• Quand l’affectif est dans l’état de joie.

• Quand le mental est apaisé.

• Quand l’âme ou le « for intérieur » se trouve sur le chemin du progrès et de l’évolution.

Pour maintenir une bonne santé, l’Ayurvéda insiste sur trois aspects :

• Ahara, une alimentation équilibrée,

• Vihara, un mode de vie sain,

• et Manovyapara, un état d’esprit joyeux et des pensées positives.

A. S. Vous avez écrit de nombreux ouvrages de référence sur l’Ayurvéda. Plusieurs traitent de l’alimentation, de massages et du yoga. Est-ce parce que pour vous ces éléments sont à privilégier dans notre vie quotidienne ?

K. V. L’Ayurvéda dit « nous sommes ce que nous mangeons ». Aussi, l’alimentation joue-t-elle un rôle de prévention. Dans mon livre « Guérir par la médecine ayurvédique » (éd. Presses du Châtelet.) je donne des recettes accessibles à tous pour lutter contre des problèmes de tous les jours. « Recettes végétariennes de l’Inde » (éd. La Plage) est un livre de recettes saines et simples.

Le massage joue un rôle important dans la vie quotidienne. Il est conseillé de se faire masser ou de se masser pendant un quart d’heure tous les jours ou une ou deux heures de temps en temps. Le massage augmente la longévité, élimine la fatigue, rend le sommeil plus profond, nourrit les différents tissus du corps et renforce le corps en général. « Le massage indien de tradition ayurvédique » (éd. Adi Shakti) explique les différentes techniques de massage ayurvédique.

Le yoga signifie union et harmonie et il existe beaucoup de types de yoga. Le plus connu en Occident est le Hatha-yoga, le yoga des postures et des respirations. Grâce à ces exercices, le corps devient plus fort, plus léger et plus résistant. Je conseille souvent de faire le surya namaskar (la salutation au soleil) qui est un enchaînement de postures et de respirations qui redonne beaucoup de tonus au corps et à l’esprit. « Le yoga » (éd. Marabout) présente plus de cinquante postures avec un DVD.

A. S. Vous avez aussi écrit un livre avec Deepak Chopra, «Santé parfaite». Pouvez-vous nous parler de cet homme ?

K. V. « Santé parfaite » est un livre de Deepak Chopra que j’ai seulement préfacé. C’est un des livres de Deepak Chopra que j’apprécie. Deepak Chopra vit aux États-Unis où il répand avec des moyens modernes l’Ayurvéda.

A. S. Depuis quelques années, des centres Tapovan ont ouvert sur votre instigation. Vous y donnez des soins et des enseignements. Pouvez-vous nous informer sur vos activités ?

K. V. Tapovan est une open university de yoga et d’Ayurvéda qui propose des formations, des stages et des cours de yoga et d’Ayurvéda ainsi que des cures et des soins ayurvédiques.

À Paris, nous proposons des soins ayurvédiques, des cours de yoga, des formations le week-end et nous avons une boutique où sont disponibles des produits ayurvédiques et des livres.

En Normandie, il est possible de suivre une cure ayurvédique résidentielle d’une semaine, de suivre des formations en Ayurvéda, Hatha-yoga, massage ayurvédique, yoga des yeux, diététique ayurvédique, cuisine ayurvédique, Ayurvéda et la femme, anatomie et des post-formations comme le marma tchikitsa, shirodhara et les massages de la tête, et bien d’autres.

 

Kiran Vyas est depuis plus de vingt-cinq ans un acteur déterminant dans le développement de l’Ayurvéda en Europe. Il a baigné dans la lumière de parents exceptionnels, à qui il doit la grâce de rencontrer le Mahatma Gandhi, puis Sri Aurobindo et la Mère de l’ashram de Pondichéry. Pédagogue hors norme, il fonde et dirige trois écoles expérimentales en Inde, basées sur les principes d’éducation de Gandhi, Tagore et Sri Aurobindo, puis il travaille à l’UNESCO avec des ONG dans les domaines de l’éducation et de l’enseignement par l’art. Parallèlement, il crée les centres Tapovan, centres de yoga et d’Ayurvéda, en 1983, œuvrant pour sa deuxième passion : les techniques de santé holistiques issues de la tradition ayurvédique. Kiran Vyas est conférencier et auteur d’ouvrages de référence sur l’ayurvéda, le massage ayurvédique, la cuisine indienne, le yoga des yeux et le yoga.

 


 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous