Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) pourraient aggraver l’inflammation liée à l’arthrose

Article 100% numérique
  • Les AINS pourraient aggraver l’inflammation.Les AINS pourraient aggraver l’inflammation.

Qui peut se targuer d’échapper à l’arthrose avec le poids des ans ? Cou, hanches, genoux, doigts sont les cibles préférées des douleurs articulaires arthrosiques. La parade consiste souvent à prendre des anti-inflammatoires pour calmer la douleur, mais ceux-ci n’arrêtent pas le processus, ils pourraient même l'aggraver...

L’arthrose affecterait plus de 500 millions de personnes dans le monde et plus de 10 millions de Français. Elle concernerait, dans l’Hexagone, 65 % des plus de 65 ans et 80 % des plus de 80 ans. L’arthrose consiste essentiellement en une dégradation des cartilages et entraîne parfois une perte de synovie au niveau des articulations touchées. Ce phénomène devient assez rapidement douloureux et incite souvent à la prise d’antalgiques, tels que les AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens, dont l’ibuprofène est l’un des plus connus).

D’après une récente étude californienne présentée lors du dernier rassemblement annuel de la Radiological Society of North America (27 novembre – 1er décembre 2022), les AINS (tels que l’ibuprofène et le naproxène) pourraient en réalité aggraver l’inflammation liée à l’arthrose et à l’arthrite.

Lire aussi L’arthrose n'est pas inéluctable

L’auteure principale, Johanna Luitjens, explique que les AINS, bien que fréquemment utilisés contre la douleur, n’ont jamais fait l’objet d’une évaluation de leur influence sur la progression de l’arthrose, en particulier au niveau de la membrane synoviale bordant les articulations.

L’étude a suivi 277 participants souffrant d’arthrose modérée du genou traités par AINS pendant quatre ans et a comparé l’état de l’articulation par IRM et les marqueurs sanguins de l’inflammation avec un groupe témoin non traité.

Les résultats montrent une dégradation du cartilage et une aggravation de l’inflammation plus marquées dans le groupe prenant des AINS. Si les anti-inflammatoires non stéroïdiens peuvent calmer la douleur, ils ne semblent donc pas présenter d’effet protecteur contre l’évolution de la maladie, au contraire. Une raison supplémentaire d’envisager d’autres solutions

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique Arthrose arthrite cartilage AINS

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous