Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Le consommateur est plus puissant qu'un Ministre

Article paru dans le journal nº 42 Acheter ce numéro
  • On déroule le tapis rouge pour le consommateurOn déroule le tapis rouge pour le consommateur

Il ne se passe pas un jour sans qu’on nous apprenne que tel produit que nous consommons tous les jours et achetions jusqu'ici en confiance dans les supermarchés est, finalement, dangereux pour la santé.

Cette semaine, par exemple, les consommateurs ont découvert qu’il leur faudrait maintenant éviter les bonbons et les dentifrices contenant du dioxyde de titane (E171), mais aussi la quasi-totalité des couches-culottes, pleines de pesticides. Il y a quelques heures, c’est la très officielle ANSES qui nous recommande de nous méfier du sucre, du sel et des charcuteries… Ça n'arrête pas !

Ainsi, si nous avions un petit paquet de pancartes « Dangereux pour la santé », il faudrait en afficher au rayon Sodas (gavés d’édulcorants), au rayon biscuits (pleins d’acrylamide), aux conserves (tapissées de Bisphénol A), au rayon boucherie et charcuterie (cancérigènes), au rayon cosmétiques (parabènes et autres additifs), au rayon fruits et légumes (pesticides), aux fromages et au lait (générateurs d’intolérances et de problèmes ORL), aux pâtes (réservoirs de gluten)… Bref, presque partout…

Chaque alerte sur la dangerosité de tel ou tel produit est désormais scrutée par les industriels avec angoisse. Il suffit parfois d’un seul article de presse bien documenté, d’une action originale menée dans un supermarché, ou simplement d’une rumeur, pour mobiliser en masse le consommateur et le détourner durablement d’une marque ou d’un type de produit. Ce sont des années d’investissements publicitaires qui peuvent ainsi partir en fumée, et même les plus grandes multinationales ne peuvent pas s’offrir ce luxe.

C’est la raison pour laquelle, par exemple, les industriels préfèrent désormais retirer des rayons, en toute hâte, et quel que soit le coût, les produits qui pourraient éventuellement faire polémique. Rappelez-vous à quelle vitesse les fabricants de cosmétiques ont retiré le paraben de leurs crèmes, parfums et déodorants. Voilà aussi pourquoi beaucoup de firmes de l’agroalimentaire hésitent encore à introduire les OGM dans la composition de leurs produits alors que leur intérêt financier leur commande de le faire.

Quant aux nombreux industriels dont les marques revendiquent – parfois de manière frauduleuse – une identité proche de la nature, du bien-être, de l’harmonie ou de l’épanouissement personnel, le consommateur vigilant – et contestataire – est pour eux ce qu’il y a de plus effrayant. En une semaine on peut être ruiné, surtout si on a triché.

Je remarque que toutes les avancées récentes en matière de protection de la santé des consommateurs ne sont pas venues des institutions, des ministères ou des contrôleurs de la Direction de la protection des populations (ex-DGCCRF). Ce n’est pas non plus dans la rue que se gagnent ces batailles. Si vous voulez agir pour un monde plus propre, plus sain et plus respectueux, c’est dans les magasins qu’il faut le faire, au moment du passage en caisse.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous