Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Les rouages grippés d'un vaccin qui ne protège pas

Article paru dans le journal nº 43 Acheter ce numéro
  • grippe et vaccinationgrippe et vaccination

Mais quelle drôle de manie a la France de toujours se faire avoir par la grippe. Depuis qu’Influenza existe (Hippocrate en parlait déjà au Ve siècle av. J.-C.), c’est la même rengaine : en automne et surtout en hiver, ce virus contagieux s’abat violemment sur la population. Violemment, puisqu’on lui attribue quelque 250 000 décès dans le monde par an (hors pandémie), qu’elle touche chaque année 10 % de la population mondiale, et qu’en France entre 2 et 7 millions d’habitants la contractent. Chaque hiver !

Et pourtant, chaque hiver, nos services sanitaires sont débordés. Sans chercher bien loin, rappelez-vous notre ministre de la Santé, Roselyne Bachelot qui, en proie au doute, à la peur, à la volonté de ne surtout pas être associée à une crise sanitaire (rayez la mention inutile), a financé l’achat (enfin, c’est le contribuable) de plusieurs millions de doses de vaccin anti-grippe (en l’occurrence H1N1, et il s’agissait de 94 millions de doses).

Résultat, la Cour des comptes avait évalué le coût de l’opération à près de 400 millions d’euros (382,7 millions, pour être précis…). Là, cette année, la mort de treize personnes âgées dans une seule et même maison de retraite, l’engorgement et la saturation des urgences ont défrayé la chronique. Parmi ces treize victimes, six étaient pourtant vaccinées. Et qu’a-t-on entendu sur une onde du service public ?

Un « spécialiste » affirmant qu’il nous fallait bien comprendre « que les vaccins ne protègent pas les personnes âgées ». Ah… alors, pourquoi les inciter à se vacciner ? Réponse toute faite : « C’est un acte citoyen, en se vaccinant, on protège autrui de la contamination. » Ah, ok... Culpabiliser a toujours été une bonne légitimation, si ce n’est diversion, quand les réponses à des questions simples venaient à manquer.

D’autant que dans 20 minutes (7/10/2016), on peut lire que « la vaccination ne protège pas de la pandémie, mais de la mortalité ». On a vu à l’échelle d’un EHPAD le niveau de ladite protection. Quant aux urgences engorgées, chaque année elles le sont, et elles le seront de plus en plus. Je ne suis pas voyant, je ne fais que constater que chaque année, on ferme toujours plus de lits dans les hôpitaux, par souci de rentabilité.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Tags sur la même thématique grippe vaccins Influenza H1N1

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous