Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

L'intolérance au sucre, un problème à prendre à temps

Article paru dans le journal nº 25 Acheter ce numéro
  • Le sucre, encore plus dangereux pour certaines personnesLe sucre, encore plus dangereux pour certaines personnes

L'intolérance au sucre aussi appelée intolérance au glucose peut provoquer diabète, obésité avec surcharge du foie ou problèmes cardiovasculaires. Autant s'en occuper dès les premiers signes.

L’intolérance au sucre, aussi appelée intolérance au glucose ou tolérance abaissée au glucose, est un état fonctionnel qui peut précéder le diabète et entre dans le cadre du syndrome métabolique. Il s’agit d’un dérèglement du pancréas dont les sécrétions sont inadaptées à l’apport de glucides alimentaires. Il faut s’en occuper rapidement, au risque de développer un diabète, de l’obésité avec surcharge du foie ou des problèmes cardiovasculaires.

Ce trouble est généralement précédé par des hypoglycémies fonctionnelles, survenant après l’absorption de sucre, et marqué par des désordres divers (malaise général, fringale, fatigue, troubles de la concentration, troubles visuels…). Ces hypoglycémies ne surviennent pas lors de l’effort physique mais bien après la consommation de sucre pur. Cela peut aussi se traduire, après le repas, par de la simple somnolence.

L’intolérance au sucre est confirmée par une prise de sang à jeun et après absorption de glucose, procédé nommé hyperglycémie provoquée par voie orale (HPGO).

Des fibres et peu d’alcool

En premier lieu, évitez de consommer des sucres rapides : sucre pur (dans le café ou une infusion), soda, confiture et miel. De même, évitez les aliments à fort index glycémique. Proscrivez ceux apportant des glucides sans fibres tels que les aliments fabriqués à partir de céréales blutées (dont on a enlevé les fibres et le germe, comme la farine, le pain blanc, le riz…), et favorisez les légumes verts riches en fibres. Notez que les légumes-racines, comme la pomme de terre, ne sont pas aussi néfastes qu’on le croit. Cette dernière est riche en oligo-éléments, notamment en chrome.

L’intolérance au sucre favorisant l’accumulation des triglycérides, néfastes pour le cœur, limitez les graisses et l’alcool, qui en sont également pourvus. Si les triglycérides sanguins dépassent 1,50 g/l, réduisez les acides gras saturés (viandes grasses, charcuteries, fromages et viennoiseries). Quant à l’alcool, si le foie commence à être touché, il convient de le bannir définitivement.

Lire aussi Diabète : le verriez-vous venir ?

Compléments alimentaires

Pour l’intolérance, associez deux compléments : Œmine chrome pissenlit 2 gélules à midi et 2 gélules vers 18 heures pour aider l’insuline à agir, et Œmine glucolan 3 gélules aux 2 repas pour diminuer l’absorption des glucides.

Pour éviter l’augmentation des triglycerides, Œmine 3, 2 capsules matin, midi et soir. Ce sont des acides gras polyinsaturés de fenugrec et de cameline. Associés à la prise de chrome, ils peuvent contribuer à faire baisser les triglycérides et le mauvais cholestérol.

Pour aider le pancréas à réguler sa sécrétion d’insuline, faire des cures alternées de magnésium (au repas du soir 10 jours par mois) et de sélénium (le matin les 10 autres jours du mois). Ne rien prendre les 10 jours restants.

En homéopathie, deux unitaires en organothérapie sont utiles : pancréas 4 CH 5 granules à jeun et duodénum 4 CH 5 granules après les 2 repas.

Marche et collation à la bonne heure

En marge de ce que nous évoquons dans cette fiche, vous pouvez aussi agir de différentes manières :

- Pratiquer la marche après les repas, sans forcer

- Prendre des collations composées par exemple d’amandes ou de noisettes vers 10 heures ou 17 heures pour limiter la charge glycémique des autres aliments et les flèches d’hyperinsulinisme qui fatiguent le pancréas

- Cuisiner des plats associant salade verte et noix. Quand vous vous sentez fatigué et que cela peut venir du foie, prenez à jeun une cuillère à soupe d’huile d’olive avec un demi-citron.


 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous