Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Les capteurs de rêves

Article paru dans le journal nº 45 Acheter ce numéro
  • Les capteurs de rêvesLes capteurs de rêves

On les appelle « capteurs de rêves » ou « attrape-rêves ». On en voit partout, même dans des boutiques vendant des vêtements pour bébés ! Mais d’où vient cette tradition et quels sont ses symboles ? Pourquoi vouloir attraper les mauvais rêves ? Est-ce un objet « médecine », un objet chamanique qu’il faut savoir utiliser ? Petit tour d’horizon.

Pour Freud, « le rêve est la voie royale qui mène à la connaissance de l’inconscient ». Le rêve nous permet une exploration de nous-mêmes. Alors, pourquoi vouloir filtrer les rêves, s’ils sont une source de connaissance de notre moi caché, de nos émotions refoulées, de nos désirs et de nos peurs, en un mot, l’expression des besoins de notre âme ?

Dispositif anti-cauchemar

Aujourd’hui le dream catcher est l’un des objets les plus connus de la culture amérindienne. Mais quelle est son origine ? Il existe de nombreuses légendes à propos de cet attrape-rêves, mais dans toutes ces histoires, le trait commun, c’est que cet objet était destiné à protéger les très jeunes enfants des cauchemars grâce à une toile d’araignée. Les Indiens Ojibwé racontent dans leurs légendes qu’une araignée appelée Asibikaashi protégeait les jeunes enfants de la tribu en tissant sa toile au-dessus des berceaux. Sa présence garantissait de beaux rêves aux jeunes enfants, les mauvais rêves ou cauchemars étant attrapés dans la toile d’araignée et détruits au petit matin par les premiers rayons du soleil. Les bons rêves eux, restaient emprisonnés dans la petite pierre ou le coquillage. Mais la tribu grandit et l’araignée ne pouvait plus visiter tous les tipis ou tous les wigwams. Elle demanda alors aux femmes de tisser une toile d’araignée avec ce qu’elles possédaient. C’est ce que firent les grands-mères : elles se mirent à fabriquer des dream catchers avec un cerceau de bois recouvert de lacets de cuir ou de rubans, des fils tendus ou tendons d’animaux collés avec de la cire, une petite pierre ou un coquillage pour le centre et des plumes…

Il s’agissait de reproduire symboliquement la vraie toile d’araignée, avec huit points d’attache (comme les huit pattes de l’araignée), ou treize, comme les treize lunes qui régissent la nuit. Symboliquement, l’attrape-rêves n’est qu’une petite représentation de la grande toile du ciel qui veille sur nous.

Cet objet artisanal est devenu un symbole de protection et aussi un porte-bonheur (surtout lorsqu’il est offert par un ami). L’attrape-rêves s’est propagé dans différentes tribus : chez les Sioux Lakotas, les Apaches, les Algonquins, les Hopis et les Zuñis. Puis, avec la mode hippie et le new age, cette tradition a voyagé jusqu’en Europe avec les pratiques chamaniques.

Mais alors, peut-on fabriquer nos propres attrape-rêves ? Oui, bien sûr ! Certains chamans proposent d’ailleurs des ateliers de fabrication d’attrape-rêves. Comme le raconte Pascal, « c’est un exercice chamanique créatif où chacun va mettre de lui-même. Le capteur de rêves n’est pas un objet magique, ce sont les intentions et les énergies que vous allez y mettre, qui vont le rendre efficace ; il sera le reflet de votre état d’âme. Vous pouvez le fabriquer avec des matières de votre choix : du bois, du lierre pour fabriquer le cercle, des fils de laine tissés pour faire la toile d’araignée. Vous choisirez aussi les plumes et leur couleur, la petite pierre ou le coquillage pour le centre. La toile est là pour capturer nos mauvais rêves, mais aussi nos mauvaises pensées ; quant au trou au centre, c’est l’axe de transformation du négatif en positif. L’attrape-rêve devra être orienté vers l’est, pour recevoir la lumière du matin. »

Messages utiles

Pour Manuel Ontiveros, Mexicain qui pratique la médecine énergétique, « les mauvais rêves ou cauchemars ne sont pas bons, car ils provoquent une perte d’énergie importante. C’est comme si cette énergie nous était volée par une entité ou un esprit maléfique perturbant notre sommeil. Cependant, les mauvais rêves contiennent parfois des messages utiles pour des chamans chargés de “voir l’avenir afin de prévenir certains événements” ».

Certes, à l’origine, il était destiné aux enfants, dont l’âme est plus fragile, mais nous autres adultes sommes encore des êtres fragiles et sensibles, avec des peurs ou frayeurs qui ressurgissent durant la nuit. Alors, si les capteurs de rêves peuvent nous aider à mieux contrôler nos songes pour ne conserver que les belles images et les messages positifs, accrochons-en un au-dessus de notre lit et observons ce qui se passe… l’important étant l’intention que nous y mettons et l’énergie positive que nous recevons en retour. Dans ce sens, il s’agit bien d’un objet « chamanique », mais pas d’un objet « magique » !

Le symbolisme de l’araignée

Autrefois, les Indiens Lakotas utilisaient le symbole de la toile d’araignée pour se protéger. On disait que lorsqu’un guerrier portait sur lui le symbole de l’araignée, il était invisible aux flèches. Crainte et vénérée, l’araignée est « la tisserande des rêves de l’humanité ». De par sa capacité à tisser des toiles complexes, elle est le symbole de la créativité et de l’ingéniosité. Elle est souvent associée à l’énergie féminine. Symboliquement, le chiffre 8 est symbole de l’infini. Or, l’araignée à huit pattes ; c’est deux fois quatre, ce qui correspond aux 4 vents et aux 4 points cardinaux. En réalité, le symbole fort de cette toile d’araignée, c’est que nous pouvons tisser la toile de notre destin !

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous