Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Règles douloureuses : causes et traitement

Article paru dans le journal nº 35 Acheter ce numéro
  • règles douloureusesrègles douloureuses

De 50 à 80 % des femmes subissent à un moment de leur vie d’importantes douleurs liées à leurs menstruations, symptômes aussi connus sous le terme de dysménorrhée. L'oligothérapie, la phytothérapie et la gemmothérapie peuvent être d'une aide précieuse pour soulager les règles douloureuses.

Douleurs abdominales et dorsales, nausées et vomissements, migraines, malaises, fatigue, autant de symptômes très handicapants qui peuvent apparaître quelques jours avant les règles et se poursuivre jusqu’à un ou deux jours après.

Pendant sa période de fertilité, le métabolisme féminin ne transforme pas les acides comme le fait celui de l’homme, mais les stocke dans l’utérus avant de les éliminer chaque mois. Ainsi, les règles constituent une élimination physiologique des toxines qui ne devraient pas s’accompagner de douleurs.

Causes

L’état du terrain est le premier paramètre en cause. Un organisme en acidose, intoxiqué et déminéralisé fait le lit d’un déséquilibre hormonal, auquel s’ajoute un intestin congestionné et un foie engorgé impactant fortement la sphère gynécologique, d’où le rôle prépondérant de l’alimentation.

Dans ce cas, l’utérus sécrète des prostaglandines en excès. Physiologiquement, ces acides gras insaturés jouent un rôle de médiateur chimique de la douleur et interviennent dans le cycle menstruel en diminuant les taux d'oestrogènes et de progestérone, provoquant la désagrégation de l’endomètre et les contractions utérines à l’origine des menstruations. Mais lorsqu’elles sont produites de façon excessive, la dysménorrhée se manifeste.

Par ailleurs, le stress chronique est un facteur aggravant. Il entraîne une production exagérée de cortisol ainsi qu’une sécrétion de prostaglandines pro-inflammatoires, provoquant l’augmentation des douleurs utérines.

Traitement

Alimentation

La première réponse thérapeutique doit cibler les apports nutritionnels afin de rééquilibrer l’organisme, diminuer la production de prostaglandines et relancer le transit : une alimentation saine, privilégiant les oméga 3, riche en antioxydants, vitamines et minéraux permet d’améliorer le terrain. Il est donc important de diminuer les apports en produits raffinés (sucre, céréales), en graisses saturées comme les oméga 6 (dont l’acide arachidonique présent dans les viandes et l’huile de tournesol), en calcium acidifiant et non biodisponible (produits laitiers) et en potassium (levure alimentaire, lait en poudre…). Les excès de protéines, qui ...

Image description

Il vous reste encore 50% de cet article à découvrir

Article paru dans le numéro 35, pour lire l'intégralité de cet article, achetez ce numéro à l'unité

Je suis abonné, je me connecte


Mot de passe oublié ?
Alternative Sante : l'expérience de la médecine naturelle

Pour 2€ / mois votre abonnement est un signe de soutien !
Cliquez ici pour voir nos offres

2€ / Mois

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous