Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous

Prostate : le dépistage (enfin) déconseillé !

Article paru dans le journal nº 35 Acheter ce numéro

Du fait que le dosage régulier du PSA (antigène spécifique de la prostate) est étroitement lié à un fort pourcentage de surdiagnostics de cancer et par là de traitements inutiles et mutilants, l’Assurance maladie recommande au corps médical de renoncer à cette forme de dépistage systématique qu’elle n’a d’ailleurs jamais organisée.

Même si, au cours des trois dernières années, il a été réalisé moins de dosages et donc moins de biopsies et d’ablations de la prostate, les médecins recourent encore en masse à cet examen. C’est pourquoi l’Institut national du cancer (INCa) et l’Assurance maladie, en accord avec le Collège de médecine générale, ont décidé de largement diffuser une brochure portant sur «l’opportunité de la prescription d’un premier dosage du PSA ».

Mais votre médecin aura-t-il pris le temps de la lire ? Et se pliera-t-il à cette nouvelle recommandation ? Ce sont bien là deux questions essentielles auxquelles, messieurs de 40 ans et plus, vous êtes en droit d’avoir des réponses claires et précises !

Bulletin épidémiologique hebdomadaire,
22 mars 2016, n° 9.
« Cancer de la prostate : 2 outils de l’INCa pour renforcer la réduction des surdiagnostics et surtraitements » sur le site du Vidal, mars 2016.

 

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Sur le même sujet
Tags sur la même thématique Prostate cancer dépistage prostate PSA
ARCHIVES :
AccédeZ à TOUS LES ANCIENS NUMÉROS
35 € Cliquez ici

Pour consulter le site sans publicités inscrivez-vous